Chrysomèle: la rotation des cultures mise en oeuvre en Alsace et Rhône-Alpes

d'après AFP

Pour mieux lutter contre la chrysomèle, les maïsiculteurs devront s'abstenir de semer du maïs sur un sixième de leurs parcelles jusqu'en 2016.

La rotation des cultures doit permettre de lutter plus efficacement contre la prolifération de l'insecte ravageur, tout en évitant l'épandage massif d'insecticides, a expliqué à l'AFP Sophie Winninger, chef du service régional de l'alimentation à la Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF) d'Alsace.

Elle sera obligatoire dès cette année en Alsace et dans plusieurs départements de Rhône-Alpes, ces zones étant les plus touchées par la chrysomèle, précise-t-elle.
En Rhône-Alpes, les départements concernés sont l'Ain, l'Isère, le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie.

« En 2007, 2008 et 2009, nous étions sur une stratégie d'éradication, mais il y avait toujours de nouvelles introductions. Le fait de rompre les cycles une fois tous les six ans permet de casser les populations », a dit Mme Winninger.
La rotation des cultures, associée à l'utilisation de larvicides, devrait permettre de maintenir la population de chrysomèle à un niveau acceptable.

Des foyers du coléoptère, dont la larve se nourrit des racines du maïs en causant d'importants dégâts, ont été repérés ces dernières années en Alsace, Rhône-Alpes, Bourgogne, Franche-Comté et Lorraine, après être apparus en Ile-de-France en 2002.
L'utilisation massive d'insecticides a été critiquée par les écologistes, mais aussi par des agriculteurs alsaciens, en raison de son impact sur l'environnement et de son inefficacité, passé un certain seuil.

Un arrêté ministériel du 23 septembre 2010 a donné la possibilité de définir des « zones de confinement » où l'éradication est abandonnée au profit de la rotation des cultures.

Source AFP

Publié par d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier