Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Actualités générales
  • >
  • Actualités
  • >
  • COGERE VOUS INFORME : Résultats économiques et financiers 2006 des palmipèdes à foies gras
COGERE (40)

16/01/08
Landes - Actualités générales

COGERE VOUS INFORME : Résultats économiques et financiers 2006 des palmipèdes à foies gras

Afin de poursuivre le travail engagé depuis plusieurs années avec la Chambre d'Agriculture des Landes, COGERE a réalisé une étude sur les « résultats économiques et financiers 2006 » de neuf types d'exploitations landaises « spécialisées » en canards à foie gras.

Echantillons d'analyse, distribution des effectifs et méthodologie :

Les échantillons sont extraits de la base de données S.A.M.A.D.E.R – G.I.R.O.P.H.A.R et concernent uniquement des exploitations landaises pour leurs résultats de l'année 2006.

•Les 9 échantillons du pôle palmipède ont été établis à partir de trois variables:
-le type d'atelier : canards élevés, canards gavés, canards élevés gavés
-la part du produit de l'atelier dans le produit total de l'exploitation : supérieure ou égale à 50%
-le signe officiel de qualité (I.G.P, Label Rouge) ou la vente directe

Ce que l'étude met en avant :

Ce portrait permet de dégager certaines tendances malgré de nombreuses disparités, identifiées par des écarts types très importants sur l'ensemble des échantillons.
Le commentaire ci après expose un positionnement des échantillons allant, pour les trois postes financiers (bilan, compte de résultat, charges de structures), de la meilleure à la dernière position.

 Tendances sur les caractéristiques des échantillons :

Les caractéristiques de ces échantillons sont très différents en terme de nombre d'exploitations et de SAU. Ceci étant déterminé par le choix des critères d'échantillonnage.
Au niveau de la main d'oeuvre, les exploitations de « canards élevés – gavés » et de « canards gavés » en nécessitent davantage que les exploitations de « canards élevés ».

 Tendances sur les bilans :

Ce sont les exploitations dont l'atelier « canards élevés gavés » occupe au moins 50% du produit global de l'exploitation qui montrent, globalement, les meilleures situations financières.
Viennent ensuite les exploitations à dominance « canards élevés gavés sous Label Rouge » et celles à dominance « canards gavés en I.G.P », puis les exploitations à dominance « canards gavés » et celles à dominance « canards élevés gavés en vente directe » ; celles à dominance « canards gavés sous Label Rouge » et à dominance « canards gavés en vente directe » .
En dernières positions, se trouvent les exploitations à dominance « canards élevés » puis les exploitations à dominance « canards élevés en I.G.P ».

Pour les exploitations dont les ateliers de « canards élevés » occupent au moins 50% du produit global, l'I.G.P ne semble* pas avoir d'influence positive dans leur situation financière globale car les résultats financiers sont meilleurs sans I.G.P (excepté pour les taux d'autofinancement et d'amortissement ).
Par contre, pour les exploitations dont les ateliers de « canards gavés » occupent au moins 50% du produit global, l'I.G.P semble* avoir une influence positive dans la situation financière globale. Les résultats financiers sont meilleurs en I.G.P par rapport à ceux identifiés sous Label Rouge, en vente directe ou de façon globale (excepté pour les annuités qui sont plus élevées en I.G.P).
Enfin, pour les exploitations dont les ateliers de « canards élevés - gavés » occupent au moins 50% du produit global, le Label Rouge ou la vente directe ne semblent* pas avoir d'influence positive dans la situation financière globale (les résultats financiers sont meilleurs de façon globale).
Comparativement entre les ateliers identifiés sous Label Rouge ou en vente directe, les moyennes du total actif du bilan, de la valeur du fonds de roulement, de la capacité d'autofinancement et du taux d'amortissement sont supérieures en Label Rouge ; et, les moyennes des capitaux propres, des annuités puis du taux d'autofinancement sont meilleures en vente directe.

 Tendances sur les comptes de résultat :

A nouveau, ce sont les exploitations dont l'atelier « canards élevés gavés » occupe au moins 50% du produit global de l'exploitation qui montrent, globalement, les meilleures situations économiques.
Viennent ensuite les exploitations à dominance « canards élevés » ,celles à dominance « canards gavés en I.G.P » , celles à dominance « canards élevés gavés sous Label Rouge » ; puis les exploitations à dominance « canards élevés en I.G.P », celles à dominance « canards gavés » , ensuite, celles à dominance « canards gavés en vente directe ».
En dernières positions, se trouvent les exploitations à dominance « canards élevés gavés en vente directe » puis les exploitations à dominance « canards gavés sous Label Rouge ».

Pour les exploitations dont les ateliers de « canards élevés » occupent au moins 50% du produit global, l'I.G.P ne semble* pas avoir d'influence positive dans leur situation économique car les résultats sont meilleurs sans I.G.P.
Par contre, pour les exploitations dont les ateliers de « canards gavés » occupent au moins 50% du produit global, l'I.G.P semble* avoir une influence positive dans la situation économique globale. A nouveau, les résultats sont meilleurs en I.G.P par rapport à ceux sous Label Rouge, en vente directe ou de façon globale (excepté pour la marge brute globale et le revenu disponible qui semblent* meilleurs en vente directe).
Au niveau du produit de l'atelier, il est plus élevé en I.G.P puis sous Label Rouge qu'en vente directe (ceci étant certainement lié aux volumes de production).
Enfin, pour les exploitations dont les ateliers de « canards élevés - gavés » occupent au moins 50% du produit global, le Label Rouge ou la vente directe ne semblent* pas avoir d'influence positive dans la situation économique globale (les résultats sont meilleurs de façon globale). Comparativement entre les ateliers identifiés sous Label Rouge ou en vente directe, les moyennes du produit global des exploitations, du produit de l'atelier, de la marge brute, de l'E.B.E et du résultat courant sont supérieures en Label Rouge ; et, les moyennes du revenu d'exploitation et du revenu disponible sont meilleures en vente directe.

 Tendances sur les charges de structure :

Les charges de structures montrent une logique encore différente de celles des situations précédentes. Les postes de « mécanisation », de « main d'oeuvre » et d' « éléments divers » sont les plus lourds.

Ce sont les exploitations dont l'atelier « canards gavés sous Label Rouge » occupe au moins 50% du produit global de l'exploitation et celles à dominance « canards élevés gavés en vente directe » qui maîtrisent le mieux leurs charges de structure.

Viennent ensuite les exploitations à dominance « canards élevés en I.G.P », celles à dominance « canards gavés », celles à dominance « canards gavés en I.G.P » ; puis les exploitations à dominance « canards élevés », ensuite, celles à dominance « canards élevés gavés » .

En dernières positions, se trouvent les exploitations à dominance « canards gavés en vente directe » puis les exploitations à dominance « canards élevés gavés sous Label Rouge ».

Pour les exploitations dont les ateliers de « canards élevés » occupent au moins 50% du produit global, celles identifiées sous I.G.P montrent des charges de structure moins élevées que celles de l'échantillon global.
Pour les exploitations dont les ateliers de « canards gavés » occupent au moins 50% du produit global, ce sont celles identifiées sous Label Rouge qui maîtrisent mieux les charges de structure (excepté pour le poste de « mécanisation » où ce sont les exploitations identifiées sous I.G.P).
Les exploitations qui écoulent leur production en vente directe montrent les charges de structure les plus élevées.
Par contre, la tendance est inversée pour les exploitations dont les ateliers de « canards élevés - gavés » occupent au moins 50% du produit global. Là, les exploitations identifiées en vente directe maîtrisent mieux les charges de structure que les exploitations identifiées sous Label Rouge.

Source : COGERE

Aude FOUGEROUSSE, Service Economique
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h