Commerce: les discussions UE/Mercosur dans l'impasse

Commerce: les discussions UE/Mercosur dans l'impasse

Les négociations entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) en vue de conclureun ambitieux accord commercial se sont retrouvées dans l'impasse vendredi, débutant en particulier sur le secteur automobile, a-t-on appris de sources concordantes.

"Cette semaine on a parlé de voitures. On n'est pas arrivés à un accord", a expliqué une source proche des négociations. "On est dans une situation où, si, ni le Brésil ni la Commission ne bougent, il n'y a pas d'avancés." "Sans pas en avant de nos partenaires sur ces questions, il est difficile d'atteindre les objectifs", a affirmé de son côté Daniel Rosario, un porte-parole de la Commission européenne, lors du point de presse quotidien, évoquant les automobiles, mais aussi les produits laitiers, les services maritimes et les indications géographiques.  

Les négociateurs en chef de l'UE et du Mercosur se sont rencontrés de mardi à jeudi à Bruxelles pour tenter de débloquer les discussions sur cet accord, qui serait le plus important jamais négocié par l'UE. Lors d'une précédente réunion fin janvier, les Européens avaient fait savoir qu'ils étaient prêts à améliorer leur offre en ce qui concerne le boeuf originaire du Mercosur, mais sans formuler de proposition chiffrée.

Ils attendaient en retour un meilleur accès pour leurs automobiles et leurs produits laitiers, ainsi que la protection de certaines indications géographiques notamment. Mais les positions entre l'UE et le Brésil sur la question des automobiles ne se sont pas assouplies lors de ces échanges et aucune date n'a été fixée en vue d'une prochaine rencontre, a précisé une source du Mercosur. "Les deux parties se sont mis d'accord pour rester en contact", a cependant précisé M. Rosario. Les discussions entre les deux blocs, qui ont débuté voici 20 ans, se sont accélérées en 2017, dans un contexte favorisé par le vide laissé par les Etats-Unis depuis l'arrivée à la Maison-Blanche du protectionniste Donald Trump.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

PàgraT

Visiblement, ce n'est pas un souci pour Junker, Merkel, Macron et compagnie de brader l'élevage allaitant français!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires