Communication : L'ail français se cherche une nouvelle jeunesse

Communication : L'ail français se cherche une nouvelle jeunesse

L'ail français, récolté en août, cherche à casser son image vieillissante et à séduire des consommateurs plus jeunes.

Trop fort en goût, « ennemi des rendez-vous galants », l'ail n'a pas bonne presse, reconnaît Christiane Pieters, présidente de l'association nationale interprofessionnelle de l'ail (Aniail). Il préfère plutôt rappeler que l'ail est aussi censé prévenir de maladies cardio-vasculaires et lutter contre la cellulite.

En France, la consommation d'ail est en baisse. De 1 kilo par an et par habitant il y a une dizaine d'années, il s'en mange aujourd'hui 750 à 800 grammes par an et par habitant, confirme Hervé Hel, de la coopérative Alinéa, qui commercialise de l'ail.

Blanc, violet ou rose

Il y a 10 ans, il s'en produisait 35.000 tonnes par an en France contre 20.000 aujourd'hui (15.000 tonnes d'ail blanc, 3.000 de violet et 2.000 de rose), cultivées sur 24.000 ha. L'ail français est disponible d'août à décembre et se vend à 80% en grande et moyenne surface.

Le reste de l'année, l'ail commercialisé en France est importé de Chine mais aussi d'Espagne ou d'Égypte. Avec une production de près de 140.000 tonnes, l'Espagne est le leader européen, devant l'Italie et la France.

Pour redynamiser l'image de ce condiment, Aniail propose sur internet (www.ail-de-caractere.fr) une dizaine de recettes, dont une originale soupe de fraises ail et basilic au miel.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier