Concombres : Les ministres européens de l'Agriculture inquiets

La contamination bactérienne de légumes, à l'origine d'une chute drastique de la consommation en Allemagne où un onzième décès a été recensé, semait lundi l'inquiétude dans les rangs des ministres européens de l'Agriculture réunis dans l'est de la Hongrie.

La bactérie E.coli enterohémorragique (Eceh) continue de se propager en Allemagne, où les autorités sanitaires ont annoncé un onzième décès, ayant un lien établi ou soupçonné avec l'Eceh. Plus de 300 personnes sont également en soins intensifs souffrant de troubles rénaux sévères, appelés syndrome hémolytique et urémique (SHU), potentiellement mortels. La source de la contamination serait des concombres en provenance d'Espagne.

Face à l'inquiétude grandissante des consommateurs, la ministre allemande de l'Agriculture et de la Consommation, Ilse Aigner, a annulé sa participation à la réunion de Debrecen pour faire le point à Berlin avec son homologue allemand en charge de la Santé et des scientifiques et des responsables politiques régionaux.

Le ministre néerlandais Henk Bleker dit « comprendre l'attitude des autorités allemandes », qui ont recommandé à la population d'éviter de consommer des légumes crus tels que concombres, tomates et salades, en particulier ceux en provenance d'Allemagne du Nord. Mais ce conseil a provoqué une chute drastique de la demande, et les exportations néerlandaises vers l'Allemagne -de l'ordre de 10 millions d'euros par semaine- ont « quasiment cessé depuis dimanche soir », souligne M. Bleker.

Contrôles renforcés

De nombreux États ont renforcé les contrôles, comme la Pologne et l'Autriche, qui a retiré des concombres et autres légumes provenant des lots suspects dans plus d'une trentaine de magasins.

A titre préventif, la ministre belge de l'Agriculture a demandé aux autorités sanitaires belges « d'interdire les importations » de concombres suspects des deux entreprises espagnoles concernées, même si son pays n'en a plus importé depuis l'hiver.

Les serres où ils ont été produits -deux exploitations d'Almeria et de Malaga en Andalousie- font l'objet d'analyses, mais pour le moment, « nous ne savons pas encore d'où ça vient », souligne M. Bleker: « Les produits importés d'Espagne étaient-ils porteurs de la bactérie, ou bien la contamination a-t-elle eu lieu durant le transport ? ».

Prudent, le commissaire européen à l'Agriculture Dacian Ciolos a dit attendre les résultats, se contentant pour le moment de louer l'efficacité du système d'alerte et de traçabilité en place à l'échelle européenne, qui « a permis de détecter ce problème ».

Pour la ministre finlandaise Sirkka-Liisa Anttila, « la crise actuelle montre qu'il y a encore des failles dans le système actuel de contrôle, car un incident comme celui ci n'aurait pas dû se produire ».

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier