Concours : Amélie privée de régional Prim'Holstein

Thierry Guillemot

Concours : Amélie privée de régional Prim'Holstein

Elle aurait du être du voyage mais Amélie, suite à un vêlage difficile, a du déclarer forfait. Elle ne participera donc pas au régional Prim'Holstein qui se tiendra dans quelques jours en Seine-Maritime.Déception au GAEC des Vents d'Ouest dans l'Orne.

La vie de bête de concours n'est pas une sinécure. Celle d'éleveurs de bêtes à concours non plus. Jean-François Cailly et Christophe Chatel, associés au sein du GAEC des Vents d'Ouest à St-Didier-sous-Ecouves (Orne) en savent quelque chose.Il y a quelques semaines encore, ils fondaient leur espoir de médaille sur Amélie (Schottle X Lounge), une jeune espoir Prim'Holstein qui s'était déja fait remarquer à l'occasion du départemental.

Complications au vêlage

Amélie aurait du être du voyage en Haute-Normandie, pré-sélectionnée avec une trentaine de ses congénères ornaises. Mais pleine de jumelles, elle a vêlé avec 8 jours de retard. Problème de non délivrance, épuisement, déshydratation (...), elle s'est mise hors-jeu au grand dam de nos éleveurs. “Bien sur que c'est une grande déception que de ne pas participer au régional mais Amélie n'était pas présentable”, reconnaît Jean-François Cailly.Et pas d'autres vaches de niveau régional au sein de l'élevage.Le GAEC des Vents d'Ouest n'est pas encore une grosse écurie. “On apprend peu à peu”, avouent humblement les deux associés. L'élevage n'adhère à l'UPRA que depuis 2001 et à l'association Prim'Holstein de l'Orne que depuis 4 ans.Tout juste une paille ou plutôt une paillette à l'échelon d'une vie de sélectionneur.

Se prendre au jeu

C'est Chritophe, installé avec Jean-François suite à un contrat de parrainage, qui a mis le petit doigt du GAEC dans l'engrenage bien sympathique des concours. Ses différents stages dans d'autres exploitations laitières l'ont conduit sur les tarmacs. Jean-François a suivi. “On se prend au jeu, il y a une super ambiance et ça nous donne l'occasion de communiquer. Ça nous permet aussi de savoir ce qu'il faut améliorer”, justifie-t-il. Et au GAEC des Vents d'Ouest, c'est la morphologie que l'on cherche à optimiser : “des vaches plaisantes à traire avec des mamelles fonctionnelles.” Un travail d'équipe et de longue haleine, c'est ça, la génétique. “On apprend avec le temps” avec à demi-mot l'espoir un jour de scorer au SPACE ou à Paris. Une autre dimension économique que le GAEC espère bien tutoyer un jour.

Source Réussir l'Agriculteur Normand

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires