Conférence environnementale : organiser la sortie des pesticides

Conférence environnementale : organiser la sortie des pesticides

François Hollande a annoncé jeudi vouloir aller "plus loin" dans l'interdiction des insecticides néonicotinoïdes, accusés d'être à l'origine de la disparition de colonies d'abeilles. Stéphane Le Foll a estimé de son côté qu’il fallait « organiser » la baisse de l'emploi des pesticides.

"Un moratoire européen concernant trois néonicotinoïdes a été décidé à notre initiative. Nous irons plus loin et la France portera elle-même ce dossier au plan communautaire", a annoncé le président, au cours de la 3e Conférence environnementale. "Une grande attention doit être portée à la situation sanitaire des pollinisateurs, des pesticides, et des perturbateurs endocriniens", a ajouté le président.

En 2013, la Commission européenne a prononcé un moratoire pour l'interdiction de trois substances néonicotinoïdes pour deux ans. Mais toutes les molécules néonicotinoïdes n'entrent pas dans le champ du moratoire et seules certaines cultures sont concernées par cette interdiction.

«On ne peut pas faire zéro pesticides aujourd'hui. Si je dis aux agriculteurs qu'on arrête les pesticides, qu'est-ce qu'il reste en termes de production?», a déclaré de son côté le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll qui estime qu’il faut  «organiser la mutation »».

La question du lien entre environnement et santé est "délicate", a souligné M. Hollande, rappelant que le gouvernement a récemment présenté en conseil des ministres un Plan national santé environnement pour "nous protéger, nous préserver et prévenir les risques".

"Nous allons franchir une nouvelle étape dans la biodiversité", a également indiqué le président, avec la création d'une Agence française pour la biodiversité, déjà prévue en 2015.

Le projet de loi sur la biodiversité, qui comprend la création de cette agence, va être présenté au Parlement au mois de mai.

 

 

Sur le même sujet

Commentaires 4

pascalane

La suppression des insecticides est une bonne chose. Mais avec cette suppression nous allons voir disparaître totalement certaines cultures comme la fève, le pois,le colza, la féverole.
Par contre les céréales vont se développer, et à force d'en faire certains insectes vont se développer à leurs tours sur ces cultures. De toute façon il à été dit qu'il fallait moins produire pour moins polluer. certains agriculteurs vont mettre en friche, d'autres reboiser, et petit à petit nous importerons nos produits traiter et non contrôler car nous serons bien contant de manger . Une famine comme en période de guerre à besoins d'exister pour que les gents comprennent et que l'on reparte sur un nouveau pied.

gigi45

Sans néo combien de traitements aériens sur la betteraves pour contrôler les pucerons?
Hollande est comme Sarkosy, pour se faire mousser, il est prêt à sacrifier un des piliers de l'économie française.
Question subsidiaire : il est de combien le rdt du blé bio en 2014 : 25 qx/ ha !!!!!
source France agrimer. C'est bien connu y a pas besoin de fongi.

AIGLE201

Il y a déjà pleins d'experts autour des décideurs alors à quoi bon une commission de plus: simplement pour repousser encore et encore les choix qui ne vont pas dans le sens de l'argent tout de suite . On manque de médecins, d'ophtalmo,... de production industrielle,...mais on n'a beaucoup trop de commissions qui servent simplement à conserver les acquis.

MANOIR884

Encore une agence et une "portée" de fonctionnaires arrogants qui ne connaissent pas grand chose en terme de productions agricole et qui vont nous faire la morale.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier