Congrès de la Fnsea : François Fillon promet un allègement du coût du travail… début 2012

François Fillon a promis, lors du congrès annuel de la Fnsea, que des mesures d'allègement du coût du travail permanent dans l'agriculture seraient mises en place début 2012.

« Je veux que des décisions soient prises au plus tard à l'automne pour une application au début de 2012 », a déclaré François Fillon devant un millier d'agriculteurs réunis à Saint-Malo pour le 65ème congrès annuel de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (Fnsea).

Sans livrer beaucoup de détails, le Premier ministre a déclaré attendre beaucoup des propositions que feront les parlementaires, notamment Bernard Reynes, député UMP, qui s'est vu confier une mission sur le sujet.

Le premier ministre n'a toutefois pas caché la complexité de cette question. « Les charges sont chez nous supérieurs à celles de nos principaux concurrents, mais elles le sont parce qu'elles financent un pacte social plus solidaire et plus généreux qu'ailleurs » a-t-il expliqué. Il faudra également lever l'obstacle européen.

Le principe d'une TVA sociale, avancé par la Fnsea, semble écarté, de crainte d'un renchérissement des prix. « Cette idée a des mérites, mais elle se heurte au niveau déjà très élevé de la fiscalité sur la consommation », a fait valoir le Premier ministre.


Les producteurs de légumes en colère

Des propos qui ont provoqué la colère des producteurs de légumes. « Si le gouvernement ne prend pas des mesures avant fin mai, la saison est morte », estime Angélique Delahaye, présidente de Légumes de France. Dans la filière légumes, le taux horaire d'un salarié en France s'élève à 12,5 euros, contre 6 euros en Allemagne.

Pour améliorer leur compétitivité, les agriculteurs réclament avec insistance une réduction du coût du travail. Ils ont déjà obtenu gain de cause sur le travail saisonnier. Un « effort considérable » de 500 millions d'euros par an, a rappelé François Fillon. Désormais les agriculteurs veulent un coup de pouce sur le travail permanent. Pour des mesures équivalentes sur le travail permanent, le montant est estimé à un milliard d'euros. Et même plus si, comme le souhaite la Fnsea, certains industriels, comme les abattoirs, bénéficient de cet allègement.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier