Conseil Général : Plus de dix millions sur trois ans pour soutenir l'agriculture du Cantal

R. Saint-André

Le Département, dans un contexte budgétaire délicat, fait du soutien au monde agricole une priorité. Une convention triennale vient d'être signée.

“Le Cantal est sans doute le département du Massif central qui consacre le plus à son agriculture”. C'est ce que le président du Conseil général a tenu à préciser lors de la signature de la convention agricole triennale, jeudi 29 avril à Maurs. Ce sont ainsi 10,27 millions d'euros qui seront ventilés selon des priorités soumises à l'arbitrage d'un interlocuteur unique représentant l'ensemble de la profession : la chambre d'agriculture du Cantal. Une condition : “Que l'action du Conseil général se situe dans la complémentarité des autres concours publics”, précise Vincent Descoeur. Et de rappeler l'esprit de cette convention, qui vise à répondre à des problématiques départementales, au delà des compétences obligatoires de la collectivité. Le président Descoeur ne cache pas que les Départements traversent une “période compliquée”, entre des ressources qui n'évoluent pas et des dépensent qui croissent.

Un effort “bienvenu”

Toutefois, - même hors des seules compétences obligatoires - le Conseil général du Cantal tient à apporter son soutien à deux secteurs : les collectivités locales et l'agriculture. L'exercice périlleux consistant à trouver les conditions de l'équilibre, tout en restant efficace. Mais Vincent Descoeur prévient les agriculteurs : “Notre capacité à continuer à vous accompagner dépend de prises de conscience, au plus haut niveau”. La profession agricole n'ignore pas ce contexte difficile. Louis-François Fontant, président de la Chambre d'agriculture, a béni cet effort consenti par la collectivité départementale, tout en soulignant combien il était “le bienvenu”. “L'agriculture paye un lourd tribut à la crise économique”, a-t-il martelé, justifiant un soutien “nécessaire pour l'investissement et le développement des exploitations”.

 

Dans la concertation

La convention a été élaborée dans le cadre d'une “vraie concertation”, a convenu M. Fontant en rappelant les trois priorités qui ont prévalu : la production de lait (à travers le soutien aux productions AOP) ; les élevages hors-sol (dont l'enveloppe a doublé) ; l'indispensable modernisation des exploitations. Même s'il était remarqué que certaines lignes hors-convention y sont désormais intégrées, (par exemple, la modernisation des outils d'abattage...) le sentiment de se sentir soutenu semblait avoir redonné un peu de baume au coeur aux représentants de la profession.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires