Contrats : la FNSEA souhaite une prise en compte des coûts de production

Lise Monteillet

Contrats : la FNSEA souhaite une prise en compte des coûts de production

Alors que le projet de la Sapin 2 passe cette semaine devant le Sénat, la FNSEA rappelle, dans un communiqué, l’importance d’évoluer vers « une nouvelle logique de construction du prix ».

Le Sénat entame aujourd’hui, lundi 4 juillet, l'examen du projet de loi Sapin 2, en première lecture. Ce texte avait déjà été soumis au vote de l’Assemblée nationale, au mois de juin. Il vise notamment à répartir plus équitablement le rapport de force entre agriculteurs et industriels.

Dans un communiqué, la FNSEA « demande une nouvelle logique de construction du prix ». Son objectif : « aller plus loin dans la prise en compte des coûts de production des agriculteurs dans les contrats passés tout au long de la chaîne alimentaire »

Le syndicat majoritaire rappelle que « l’année 2015 a encore été le théâtre d’une baisse généralisée des prix payés aux producteurs (- 2,4 %) tandis que les prix au consommateur augmentaient (+ 0,5%) ».  La FNSEA « défend la nécessité de construire le prix, en prenant en compte les coûts de production en agriculture. Ce prix doit d’abord être négocié entre producteurs et industriels, puis, dans l’ensemble des contrats « aval », à savoir les produits à marque nationale, les produits à marques de distributeurs et les marchés publics ». 

Sur le même sujet

Commentaires 7

Agri50

Il n y a pas de proposition c est juste que tu n es à même de comprendre la situation
Renverser la table , virer les cochons qui se sont gavés voile de bonnes proposition

viandeAB

Quels coûts de production ? viande bovine par exemple on sait que les troupeaux de 100 vaches font moins de revenus que ceux de 50-70 vaches; quid de l'élevage en montagne comparé à la plaine ( 6 mois d'hiver enneigés et des stocks ou 3 mois d'hiver doux )celui de l'atelier de 500 JB ou celui des 20-30 bœufs nourris à l'herbe pendant 2 ou 3 ans. les couts de production après 30 ans de carrière ou au bout de 3 ans ? Avec qu'elle rémunération du travail; depuis combien de décennies on se base sur 1 ou 1.5 SMIC pour la rémunération de l'éleveur dans toute les simulations économico-financières . On n'est resté sur les bases de l'après guerre ou il fallait faire pas cher ( avec l'obligation de faire avec le soja américain) afin que les futurs citadins puissent consommer tout ce que le monde nouveau allait leur apporter, la suite on l'a connait et c'est parti pour durer encore longtemps si le blabla continu.

agri 50

c'est avec les belles propositions que tu fais acid que l'agriculture française va aller mieux.
Critiques sans construction est le sort des impuissants

CLOCHE215

AH,encore un voeu pieu qui émane de la fnsea qui va laisser crever ceux qu'ils sont sensés de défendre.....

colonel

Il est temps de s’apercevoir que les ventes sont inférieur au cout de production, chacun à sa méthode de production et ne doit pas vendre en dessous de son coût.arrêtons la grosse production pour graisser les industrielles sur notre dos.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier