Contrôle obligatoire des pulvérisateurs : Plus de 100 organismes d'inspection agréés

Raphaël Lecocq

Le maillage territorial est enfin à peu près assuré. Reste à décrocher un rendez-vous avant le 31 mars, pour ceux concernés par le premier appel, c'est à dire potentiellement les exploitants dont les 8ème et 9ème chiffres du Siren sont compris en 00 et 19.

Le contrôle obligatoire va connaître dans deux semaines un premier épilogue, avec la première date limite de passage des appareils. Le 31 mars prochain, les agriculteurs dont les 8ème et 9ème chiffres du Siren sont compris en 00 et 19 devront en effet avoir présenté leur pulvérisateur dans un organisme d'inspection agréé, sans convocation préalable. Ne sont toutefois pas concernés par cet appel les pulvérisateurs neufs de moins de 5 ans ainsi que les appareils ayant subi avec succès un contrôle volontaire entre 1er janvier 2007 et le 28 janvier 2009, justificatifs à l'appui (facture d'achat, attestation de diagnostic). Ces appareils seront appelés au contrôle obligatoire très précisément 5 ans après la date anniversaire de l'opération concernée (achat, contrôle).

Des organismes d'inspection saturés

Malheureusement, les retardataires, et ils sont nombreux puisqu'ils pourraient se compter en dizaines de milliers à l'échelon national, n'auront pas tous le rendez-vous souhaité avant l'échéance. Il faudra au minimum apporter la preuve de sa bonne foi, en cas de contrôle inopiné. On recense actuellement 101 centres d'inspection au niveau national. Il y en a forcément un près de chez vous. D'ici au 31 décembre prochain, les agriculteurs dont les 8ème et 9ème chiffres du Siren sont compris en 20 et 39 seront soumis à leur tour au contrôle.

Les inspecteurs mettent les bouchées doubles avant le 31 mars mais la bonne volonté n'y suffira sans doute pas (Doc Tecnoma)

Les inspecteurs mettent les bouchées doubles avant le 31 mars mais la bonne volonté n'y suffira sans doute pas (Doc Tecnoma)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier