Crise agricole : les agriculteurs relancent leur mobilisation

Crise agricole : les agriculteurs relancent leur mobilisation
Lancer de ballons de "détresse" ! Crédit : La Vendée agricole

Rassemblements à Nantes, déversement de fumier à Limoges, réveil du préfet en Vendée, contrôles de l'origine des produits dans un établissement d'une chaîne de restauration à Rennes : les agriculteurs, touchés par la crise, ont relancé leur mobilisation, à l'appel de la FNSEA.

Mardi 7 juin, à la Roche-sur-Yon, une centaine d'agriculteurs ont participé au "réveil du préfet", de 06H00 à 08H00, et lancé des ballons de foot par dessus la grille de la préfecture. A trois jours de l'Euro, les ballons portaient des messages, dont "détresse". "Pour nous, l'Euro c'est tous les jours. On vit quotidiennement les contraintes environnementales et règlementaires, et ce système très libéral dont on voit les limites", a expliqué à l'AFP Brice Guyau, président de la FDSEA 85.

A Nantes, une vingtaine de responsables des FDSEA et des JA de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire se sont rassemblés le même jour devant l'Agence de services et de paiement (ASP) pour "dénoncer la gestion de la PAC 2015", et le retard de paiement des aides, a expliqué sur place à l'AFP Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA 49."Les agriculteurs ont vraiment besoin de ces sommes pour leur trésorerie. Aujourd'hui, c'est une période de gros travaux. Toutes les factures arrivent et les problèmes de trésorerie ne permettent pas de les payer", a renchéri Alain Bernier, son homologue de la Loire-Atlantique. A Limoges, une quarantaine d'agriculteurs ont déployé sur les grilles de la préfecture de Haute-Vienne une banderole "laissez-nous travailler!" et ont déversé du fumier devant la préfecture avant de prendre la direction de l'Hôtel de Région.

Une crise profonde

Objectif de ces actions: attirer l'attention sur les difficultés des agriculteurs: la PAC 2015, tout comme les aides MAE (mesures agro-environnementales) de 2015 n'ont toujours pas été intégralement versées, le prix du lait s'effondre, le fonds porcin censé aider les producteurs en leur reversant une partie du prix, prélevé à la vente, n'a jamais été mis en place...

Ils dénoncent aussi le retard dans la mise en place de l'étiquetage de l'origine des viandes dans les produits transformés, une pratique expérimentale autorisée par l'UE sur une durée d'un an. "Le décret n'est toujours pas sorti, la balle est dans le camp du ministre: on a les outils pour mettre ça en place en France, le feu vert de l'Europe", a expliqué Loïc Guines, patron de la FDSEA d'Ille-et-Vilaine, lors d'une conférence de presse. De même, pour le partage de la valeur ajoutée, les agriculteurs estiment être "le parent pauvre des filières", selon la FDSEA du Morbihan.

Les actions ont commencé dès lundi, à Pau (Pyrénées-Atlantiques), où dans la soirée quelques dizaines d'agriculteurs ont muré l'entrée de la Direction départementale des territoires et de la mer dont ils ont également bloqué les serrures avec de la colle forte. "L'État droit dans le mur", ont-ils inscrit à la peinture sur une bâche plastique. Une action similaire a été menée parallèlement à Anglet (Pyrénées-Atlantiques).

Rendre les bottes ?

Une cinquantaine d'agriculteurs et une quinzaine de tracteurs, se sont aussi rendus au Mans devant la préfecture de la Sarthe défendue par les forces de l'ordre, a constaté un photographe de l'AFP. Une délégation a été reçue par les représentants de l'Etat. Pour exprimer leur "ras-le-bol", les agriculteurs ont symboliquement rendu leurs bottes de travail. Ils ont également planté quelques arbustes –une "haie"- dans un peu de terre qu'ils avaient apportée, puis jeté de la paille en direction de la préfecture.

En référence au mouvement lancé il y a quelques semaines par le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, on pouvait lire sur une pancarte: "Hé, ho, la PAC". Accrochée à l'avant d'un tracteur, une grande pancarte avec cette inscription: "Hollande, tu glandes, Valls, t'es pas un as, Le Foll, t'as pas de parole, Vous êtes des mariols" (sic).

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 12

pépé

Je suis d'accord avec ouioui, il faut bloquer la nourriture,les centrales, et le restes! il n' y a que cela qui marquera car tout le monde panique avec un jour de fermeture pour un férié car c'et tellement facile de compter sur ceux qui bossent! malheureusement, c'est la chose à faire pour que les consommateurs se rendent comptent que sans nous, ils n'auront plus à manger et se sera l'abandon dans nos campagnes avec de la broussaille!

mic79

v on travaille 70 h par semaine avec horaire de nuit pour les velages a la retraite vous avez des prothese aux genoux et hanches pour une retraite a 75 % du smic

mich14

Pourquoi la fnsea na pas suivi l apli en2009 ce qui arrive aujourd'hui etait programme manifeste ne sert a rien par ne rien livre serais une force pour negocier et assenirait les marches

ouioui

ne pas gener les consommateurs je suis bien d'accord avec lychee et moncom ....
enfin ce sont eux qui veulent des pommes a 1€ du kg toute lisse et qui t'insulte te prenne en photo quand tu traites , ceux sont qui veulent tout avoir sans rien payer , qui s'offusque d'une hausse du prix du lait de 2cts au consommateur ? le consommateur lui meme car non 2 cts du litre pour sauver une filiere c'est trop demandé
vous pensez que du blé a 200E le conso y verrait qq chose sur les prix
bon sang vous regardez des cgtistes au 35h qui reclame de sauvegarder leur droit et vous vous faites 70 a 80 sans rien gagner et meme pire parfois
y a pas un probleme dans ce pays ceux qui travaillent comme des bruts pour rien avec en plus des investissements lourds des responsabilités des contraintes reglementaire lourde et les profiteurs une majorité d'oisif car 35h pour moi c de l oisivité qui eux peuvent profiter de leur gosse
l heure n'est plsu au mouvement gentillet , il ne faut plus prendre de boue de station , il faut bloquer tout ce qui n'est pas au meme norme environnementale que nous , il faut bloquer rungis les centrales d'achats , les gms
les responsables le consommateurs d'abord , l'etat et l europe ensuite

marin 347

refuser tout ce qui est tracas administratif pas payer la msa les impôts les banques refuser les contrôles ont gêneras pas les français mais seulement l état mais faire une greve de la paperasses par contre ils faut que tout le monde adhere

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier