Crise de l'élevage : L'UDSEA interpelle Xavier Bertrand sur la situation des éleveurs

J. Kerleaux

Malgré les annonces rassurantes du ministre de l'agriculture au Sommet, aucune mesure de soutien aux éleveurs n'est encore effective ! C'est pourquoi l'UDSEA interpelle les membres du gouvernement en déplacement.

«Le compte à rebours de la disparition a commencé pour tout un pan de l'économie agricole de notre département. Il faut prendre la mesure de la situation » expliquait Patrick Trillon, au Ministre du travail Xavier Bertrand. En effet, avec l'explosion des charges et avec des prix de vente qui ne suivent pas, le revenu des éleveurs auvergnats poursuivra en 2008 la chute commencée en 2007. Avec les niveaux de revenu attendus pour 2008 en élevage bovin et des exploitations ovines au bout du rouleau, la survie d'un grand nombre d'exploitations est en jeu. « Poser des sparadraps, c'est terminé !» déclarait Annick Geneix au conseiller du ministre. « On ne pourra pas attendre les effets du bilan de santé de la PAC en 2010. Les exploitations ne tiendront pas l'année 2009 dans les conditions actuelles. C'est grave car la dynamique de production est cassée et les effectifs du cheptel reproducteur sont en baisse. Les éleveurs n'y croient plus».

De la dignité à la colère !

20 000 éleveurs du Massif central manifestaient le 16 septembre dernier, dans la dignité et avec détermination. Ils revendiquaient des mesures d'urgence de soutien à l'élevage mais aussi une révision de la réforme de la PAC, dès 2008, en faveur de l'élevage herbager. A plus long terme, ils demandaient une refondation de la PAC en 2013 pour que tous les agriculteurs, dans toutes les productions, aient les moyens de répondre aux défis de l'alimentation, de l'environnement, de l'énergie et des territoires.

Les deux ministres, Xavier Bertrand et Brice Hortefeux interpellés par les représentants de l'UDSEA.

Les deux ministres, Xavier Bertrand et Brice Hortefeux interpellés par les représentants de l'UDSEA.

 

Des mesures d'urgence s'imposent

Où est la volonté politique ? C'est la question posée par les responsables professionnels au vu du peu de résultats concrets obtenus jusqu'à présent. Et pourtant les mesures d'urgence qui permettraient à l'élevage de passer le cap difficile sont connues. Les moutonniers ont besoin d'une revalorisation immédiate des aides à la production ovine. Et pour tous, des mesures de soutien de trésorerie doivent se mettre en place rapidement : report des annuités de remboursement de prêts, reports et dégrèvements de charges sociales et fiscales ...
Les responsables professionnels ont rappelé au Ministre Xavier Bertrand que la situation nécessitait la plus grande détermination du premier ministre François Fillon et de l'ensemble du gouvernement. Le Ministre, déjà interpellé dans les départements de la Saône et Loire et en Haute-Vienne rappelait que le gouvernement était parfaitement conscient de l'importance stratégique du secteur agricole. Il réaffirmait la volonté politique de réformer la PAC et de trouver des solutions de court terme. «Les agriculteurs attendent des annonces fortes le 12 novembre prochain, à l'occasion de la conférence sur le revenu organisée par le ministère de l'agriculture » concluait Bruno Chaput, secrétaire général de l'UDSEA.

Source Auvergne Agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires