Crise laitière : La Confédération Paysanne en désaccord avec la FNCL

La Confédération Paysanne s'est opposée à « la logique de régulation » suivie selon elle par la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL) pour tenter de répondre à la crise laitière, discutée parallèlement à Bruxelles.

« Le monde coopératif se situe comme les industriels, comme Bruxelles et comme le ministre de l'Agriculture, dans une logique de régulation par le marché, pas par la production (...) On a rien d'autre à nous proposer que la contractualisation », a déclaré André Bouchut, le secrétaire national de la Confédération Paysanne.

Le syndicaliste s'exprimait à Saint-Etienne après une réunion à la préfecture avec Gérard Budin, le président de la FNCL, et à l'issue de laquelle la quarantaine d'agriculteurs invités ont manifesté leur déception.

« Ce refus de nous écouter légitime nos actions à venir. Nous allons passer à la vitesse supérieure », a réagi Philippe Marquet, agriculteur et secrétaire général de la Confédération Paysanne de la Loire. « La contractualisation n'est pas la solution magique, a reconnu pour sa part M. Budin. Du fait du changement des règles au profit d'une libéralisation totale, les solutions qui doivent être prises face (...) se situent dans des dimensions qui me dépassent complètement».

A Bruxelles, les ministres européens de l'Agriculture ont affiché leurs divergences dans le règlement de la crise du lait, une proposition de la France et de l'Allemagne visant à introduire une nouvelle régulation du secteur étant fraîchement accueillie par leurs partenaires.

Cette impasse intervient alors que les producteurs de lait les plus déterminés, qui dénoncent la baisse des prix, envisagent d'entamer bientôt une « grève » de la production faute d'aide.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires