Crues: dégâts dans les champs dans l'Aube, le Doubs, l'Eure et en Ile-de-France (FNSEA)

Crues: dégâts dans les champs dans l'Aube, le Doubs, l'Eure et en Ile-de-France (FNSEA)

Les cultures dans l'Aube, le Doubs, l'Eure et en Ile-de-France sont particulièrement touchées par les crues ce mois de janvier, en particulier celles de colza, a indiqué vendredi soir le syndicat FNSEA, qui demande que "la solidarité" se mette "vite" en place.

De nombreuses terres agricoles, dont celles qui ont déjà été semées en colza de printemps, ont été immergées soit par des crues, soit en recevant l'excédent d'eau des rivières afin de réduire l'impact des inondations en amont des grandes villes. "Conscients du rôle essentiel que jouent leurs terres dans la politique de gestion du risque inondation, les agriculteurs s'engagent pleinement dans la solidarité de l'amont vers l'aval qui néanmoins n'est pas sans conséquences sur leurs cultures", souligne la FNSEA dans un communiqué.

Le syndicat demande que les "travaux" engagés après les crues exceptionnelles de 2016 "aboutissent" afin que "les agriculteurs soient indemnisés à la hauteur du service qu'ils rendent à la société". "Dans un contexte de changement climatique, qui engendre des inondations de plus en plus intenses et dont la fréquence pourrait augmenter dans les années à venir, il est urgent de soutenir les agriculteurs dans leur mission de solidarité", ajoute le texte en espérant que les "exploitations concernées" par les inondations soient soutenues.  

A Paris, la Seine atteignait 5,61 mètres au Pont d'Austerlitz vendredi vers 14H, la plupart des voies sur berges étant largement inondées et la navigation interdite sur toute la Seine amont. Les quatre lacs-réservoirs du bassin du fleuve étaient remplis vendredi à 94% de leur capacité normale. Dans le bassin de la Seine, l'Yonne était également confrontée à des crues importantes, tandis qu'en Seine Maritime et dans l'Eure, plus de 30.000 habitants étaient privés d'eau potable vendredi matin. Par ailleurs la Saône, qui voit arriver les eaux du Doubs, est en vigilance rouge depuis lundi.

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 10

Bruno 02

60.000 ha de terres agricoles artificialisées par an, dont la moitié est imperméabilisée. C'est un département tous les 5/6 ans !!!
Et on nous parle encore de haies...
2 millions d'hectares ont été urbanisés entre 1982 et 2011, et cela continue encore.
Le jeu de massacre écologique organisé par les urbains ne fait que porter ses fruits.
Si votre voisin est inondé, vendez car demain ce sera votre tour.

coast62

je connais pour avoir déjà vécu cette situation... bien sur pour certains courageux planqués derrière leur ordi avec des pseudos de clavier azerty beuglants... vont dire aux autres comment faire; les haies, pourquoi pas? mais plutôt que vouloir ralentir l'eau et l'érosion, qu'ils réfléchissent , pour savoir pourquoi les sols ont de moins en moins de porosité... tout comme les parkings de centre commerciaux et autre imperméabilisation volontaire du sol...5mn après des pluies abondantes, ça part dans des rivières qui ont moins de fond qu'avant (zéro curage pour ne pas bouleverser le biotop vaseux que personne ne veut...) et ça déborde...courage aux sinitrés

fab

les vannes sont fermées a l entrée de Paris et grandes ouvertes a la sortie de paris
du coup ça inonde partout sauf dans Paris

Chable

Pour remettre des haies et des talus messieurs, faudrait des prix en production animales qui motive un minimum.
Chez moi dans l'ouest c'est la cereale qui progresse.

Nono

Oui gggggg et fffffff avant il y avait des champs maintenant s est du goudron et du beton faut pas venir vous pleindre que vous avez les pieds dans l eau !!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier