Dans le Nord : Bonduelle vent debout contre l'implantation d'un incinérateur

SC

l'appel des salariés de Bonduelle, 1.200 à 1.300 personnes ont participé hier à la manifestation contre l'implantation de l'incinérateur Flamoval qui, selon eux, menace l'image de leur entreprise et leurs emplois.

Le convoi a rassemblé 550 voitures et près de 150 tracteurs agricoles entre le site historique de Bonduelle à Renescure (Nord) et Arques (Pas-de-Calais), où doit être implanté l'incinérateur. Ce mouvement de protestation intervient un peu moins d'un mois après l'autorisation du sous-préfet pour l'implantation de ce centre d'incinération.

«Aujourd'hui, les salariés de Bonduelle ont de quoi être très inquiets», explique Joël Jourdain, secrétaire du CE, qui craint une fermeture de l'usine de Renescure si l'incinérateur, qui doit être implanté à quelque 2 km, voit le jour. «Ce qui compte, c'est le consommateur. Et le consommateur, il aura vite réfléchi. L'implantation de l'incinérateur serait très nuisible pour le site de Renescure, mais aussi pour la marque Bonduelle», estime M. Jourdain.

Le PDG du groupe Christophe Bonduelle a déjà évoqué dans la Voix du Nord la possibilité d' «aller produire ailleurs» en cas de pollution due à l'incinérateur. Cette usine historique serait sacrifiée pour sauver l'image de qualité et de sécurité du groupe qui compte trente-cinq autres unités de production dans le monde.

500 producteurs fournissent l'usine de Renescure

«On n'observe aucune différence entre les zones proches d'un incinérateur respectant la réglementation en vigueur et des zones témoins», a réagi Hubert de Chefdebien, de la CNIM (Constructions industrielles de la Méditerranée), qui doit construire l'incinérateur, rappelant que le projet présentait des garanties d'émissions encore plus basses que les limites réglementaires.

L'usine Bonduelle de Renescure produit chaque année 113.000 tonnes de conserves et 31.000 tonnes de surgelés qui font de Renescure l'une des plus importantes usines du groupe.

En juillet et août, pas moins de 44 mille tonnes de carottes et petits pois sont mises en boîtes et bocaux. Le site fait travailler 550 producteurs de la région sur 6.000 hectares de terrain.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires