Dans le Nord : Les porcs de la discorde dans une campagne qui change

Des associations de riverains se lèvent dans le Nord contre l'installation ou l'extension des élevages de porcs, une fronde révélatrice aussi bien de l'agrandissement des exploitations porcines que du repeuplement des campagnes.

En cause, les projets d'implantation de deux élevages belges d'environ 3.000 et 2.000 bêtes dans les villages de Bambecques et d'Houtkerque, sur la frontière avec la Belgique, ainsi que l'extension d'une porcherie française à Noordpeene, de 500 à 3.000 bêtes environ.

« Le problème, c'est que l'agriculture est en train de devenir une industrie alors que les villages s'urbanisent à nouveau », résume Edmond Kociszewski, président de DEFI (Défense de l'environnement en Flandre intérieure), une des associations qui sont montées au créneau.

A Houtkerque, un jeune couple a eu la désagréable surprise d'apprendre, en septembre 2009 --deux mois après avoir acheté leur maison-- que des éleveurs belges allaient installer une « porcherie industrielle » à une centaine de mètres sur un site inactif depuis huit ans. Malgré l'avis défavorable de l'enquête publique, le préfet du Nord a donné son aval. DEFI, qui revendique le soutien de 26 familles dans le village, a déposé un recours au tribunal administratif.

« Le volume des exploitations a augmenté ces dernières années », confirme le responsable du service porcs de la Chambre d'agriculture du Nord, Jean-Marie Vanvincq. Si le nombre d'éleveurs dans le Nord a pratiquement été divisé par deux entre 1998 et 2006, le nombre de truies par exploitation est passé de 60 à 100. « Mais par rapport à nos voisins belges et néerlandais, ce sont des volumes moyens. Ca n'a rien d'industriel ». D'ailleurs, Houtkerque a déjà cinq ou six autres exploitations du même volume que celle prévue. La mobilisation pourrait donc plus s'expliquer par le repeuplement des campagnes, l'arrivée des « néoruraux », sous l'impulsion de communes en mal d'argent et de citadins fuyant les centres urbains. La population rurale du Nord a augmenté de 2.000 habitants entre 1999 et 2006, après une chute constante durant les 40 années précédentes.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier