De la forge au couteau, la passion du beau

CA 63 F.FOURNIER

De la forge au couteau, la passion du beau
Plus de 4.000 personnes se sont pressés dans les allées du salon, avec de plus en plus d’étrangers : Coutellia affirme sa stature internationale.

Thiers a vécu un salon du couteau d’art – Coutellia – très animé et toujours aussi attractif pour les amateurs de belles pièces.

Un salon pas comme les autres

Depuis 23 ans, le rituel de Coutellia s’installe à la salle polyvalente chaque année à la mi-mai. Pour l’édition 2013, pas moins de 150 exposants ont répondu présent. Avec 20 nationalités de fabricants représentées, Jean-Pierre Treille, président de Coutellia ne pouvait que se féliciter. « Nous avons gagné une vingtaine d’exposants par rapport à l’année passée. Pour loger tout le monde, nous avons étendu la surface d’exposition qui atteint désormais 1500 m². Ce qui nous a permis du même coup d’accueillir les visiteurs dans de meilleures conditions. L’autre point marquant est le renforcement du caractère international de Coutellia, pour la provenance des exposants, mais aussi du public. Nos sondages ont révélé une belle progression de la clientèle étrangère ».

De la forge au couteau, la passion du beau

Cours de création

A Coutellia, le couteau d’art est dans tous ses états : de table, de poche, poignard, aciers brut de forge, damas*, manches en os de girafe, ivoire de mammouth, carbone … pour le plus grand plaisir des yeux des néophytes et des collectionneurs venus à Thiers, en quête de la pièce unique.

Dès ses débuts, Coutellia a intégré un concours de création coutelière pour primer les plus esthétiques et les plus techniques des réalisations. Le jury 2013 a placé Jean-Pierre Martin, coutelier en Arles, sur la plus haute marche du podium thiernois et Koji Hara, célèbre coutelier japonais en seconde position. Philippe Soeuvre (Bourgogne) se voit récompensé par le prix du public et Gaël Chabaudie (atelier du musée de la coutellerie de Thiers) est honoré par le prix des métiers du Rotary Club.

* acier damas : assemblage de deux aciers ayant des teneurs en carbone différentes, forgés ensemble, étirés, torsadés, repliés selon les motifs que le forgeron veut obtenir.

Transmettre les savoirs

La confrérie du Couté de Tié est également très investie pour réaliser des animations et permettre aux curieux de découvrir toutes les étapes de fabrication, depuis la forge jusqu’à la finition des couteaux.

Dès samedi matin, les confrères ont accueilli les apprentis couteliers de l’A.F.P.I. de Thiers pour une séance de travail à la forge, élément indispensable à l’activité coutelière. «  Il est important pour la confrérie de participer à la transmission des savoirs aux jeunes » insiste Dominique Chambriard, coutelier et grand maître de la confrérie.

La confrérie propose également une initiation aux gestes quotidiens des couteliers avec un atelier de montage de couteaux Le Thiers®. Sous la conduite d’un membre de la confrérie, le visiteur peut assembler lui-même son couteau, fermant pour les adultes ou tartineur pour les enfants. Avec plus de 100 pièces réalisées, ces travaux pratiques ont connu un beau succès.

Henri Viallon (à gauche) et Dominique Chambriard s’activent autour de la forge

Des réalisations insolites

Henri Viallon, coutelier d’art bien connu à Thiers, s’est attelé à la réalisation d’une barre d’acier damas de plus d’un mètre de long. Ce bloc servira ultérieurement à réaliser une réplique de l’épée du marquis de Lafayette que les couteliers thiernois ont prévu d’offrir à leurs homologues américains à l’automne prochain.

Les couteliers américains Joe Keeslar et le français Christian Avakian ont aussi montré que la création n’a de limite que l’imagination du forgeron. Successivement, une râpe de maréchal-ferrant et une chaîne de tronçonneuse ont trouvé une seconde vie en poignard de chasse ou lame de couteau. Etonnant et très esthétique à la fois !

Les amoureux des belles lames peuvent déjà réserver le week-end des 17 et 18 mai 2014 pour la prochaine édition de Coutellia.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier