Dégâts de gibiers : Sangliers : «les chasseurs doivent réagir»

Alexandre CAYRAC

A l'occasion de l'ouverture générale de la chasse dans le département, la section «chasse et dégâts de gibiers» de la FDSEA a consulté ses responsables cantonaux. Le point avec Claude Rabayrol, son président.

- Que constatez-vous sur le terrain ?

Il apparaît très clairement que certaines zones du département ont un réel problème de surpopulation de sangliers qui engendre inévitablement des préjudices pour l'activité agricole. Les chasseurs doivent réagir.

- Que proposez-vous ?

Pour ces «points noirs», nous demandons à la Fédération Départementale des Chasseurs d'accroître la pression de chasse sur cette espèce.
Par ailleurs, la FDSEA interpelle chasseurs et Pouvoirs Publics, afin que des mesures plus appropriées soient prises pour réduire sensiblement ces populations et donc les dégâts sur les cultures, les prairies ou les arbres. Par exemple en augmentant le nombre de jours de chasse par semaine.
D'autant plus que, sur le plan national, le Ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer vient d'envoyer des instructions aux Préfets, afin de faire baisser de manière significative les dommages qu'engendre la prolifération des populations de sangliers.
Par ailleurs, nous regrettons que la chasse aveyronnaise soit trop orientée vers le gros gibier délaissant ainsi le petit gibier. En inversant cette tendance, nous «dépassionnerions» très certainement le sujet ! La section «chasse et dégâts de gibiers» fera un nouveau point sur la situation d'ici la fin du mois de septembre. Si rien n'a évolué, la FDSEA n'hésitera pas à recourir à l'action syndicale.

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier