Denrées de base : vers un coup de frein sur la croissance de la demande mondiale (OCDE, FAO)

Denrées de base : vers un coup de frein sur la croissance de la demande mondiale (OCDE, FAO)

La demande mondiale pour les denrées agricoles et alimentaires de base devrait ralentir sa croissance au cours des dix ans à venir, selon les perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO publiées lundi.

Sur la période de dix ans couverte par le rapport, "la croissance de la demande" en produits alimentaires de base "devrait peu à peu décélérer".   Les deux raisons principales de ce retournement de tendance sont le ralentissement de la croissance en Chine, qui génère une baisse de la consommation, ainsi que le moindre soutien public dont bénéficient les biocarburants aux Etats-Unis et en Europe, a souligné pour l'AFP Jonathan Brooks, chef de la division des échanges et marchés agroalimentaires à l'OCDE. "D'après les projections, la demande de produits agricoles destinés à la production de biocarburants est appelée à stagner compte tenu de la baisse des prix de l'énergie et de l'adoption d'une politique plus modérée concernant les biocarburants dans plusieurs pays", précise le rapport.  

Cette correction permettra de réorienter les denrées de base vers leur destination normale: l'alimentation, et non plus l'énergie. Du coup, l'OCDE et la FAO prévoient que la hausse de la consommation dans les pays en voie de développement fasse tomber la proportion de la population mondiale souffrant de sous-alimentation de 11 à 8% au cours des dix années à venir, le nombre total de personnes concernées étant ramené à moins de 650 millions contre 788 millions. Pour mémoire, la crise alimentaire mondiale en 2007-2008, qui avait accompagné la crise financière, avait eu pour origine une flambée du prix des denrées alimentaires de base, notamment de certains oléagineux utilisés pour les biocarburants, devenus trop chers et générant des émeutes de la faim dans plusieurs pays parmi les plus pauvres du monde.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

DIGUE3942

bien des contrées dans le monde sont sous la menace d'incendies gigantesques avec les dégats que l'on connait parce qu'il n'y plus de paysans en place.....

Bruno 02

Quelle erreur grossière d'analyse...
Baisse des prix : moins de paysans, donc moins de production encore dans ces contrées à venir, lesquelles de toutes façons n'auront pas de moyens pour acheter et acheminer celle des autres pays.
Les cultures vivrières dépendent avant toute chose de prix rémunérateurs, sinon c'est l'exode rural, puis dans la foulée l'exode tout court.

PLEIN41

Encore un rapport baissier, alors que les prix des céréales, oléoprot redeviennent rémunérateurs... Quand tout est bon pour faire baisser les prix

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier