Des centaines d'agriculteurs bio manifestent pour les aides au maintien

Des centaines d'agriculteurs bio manifestent pour les aides au maintien
Des centaines d'agriculteurs bio manifestent pour les aides au maintien

Plusieurs centaines d'agriculteurs convertis au bio ont manifesté mercredi en Lorraine et en Bretagne contre la suppression des aides au maintien de l'agriculture biologique.

Confronté lors de son arrivée à une "impasse budgétaire", le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a décidé de "recentrer" les aides à l'agriculture biologique sur le soutien aux nouveaux producteurs et de confier aux régions le financement, après 2018, des aides au maintien des producteurs bio. A Nancy (Meurthe-et-Moselle), entre 200 et 250 producteurs bio de la région Grand Est se sont rassemblés pour protester contre la suppression de ces aides, soutenus par des militants d'associations de protection de l'environnement, selon la porte-parole de Bio en Grand Est, Sylvie Corpart, jointe par l'AFP.

Les agriculteurs se sont rassemblés sur la place Charles-III pour sensibiliser les passants, offrant soupes chaudes et pommes bios. "C'est vraiment problématique, on a des coûts de production supérieurs, on emploie plus de main d'oeuvre que l'agriculture conventionnelle et les interventions sur les parcelles sont plus fréquentes", a indiqué Mme Corpart. "Les signaux qu'envoie l'Etat sur la diminution des enveloppes sont négatifs et on craint un gros coup de frein sur les conversions" après un bel essor en 2015 et 2016, a-t-elle confié.

La défense de l'agriculture biologique bretonne

En Bretagne, quelque 150 et 200 producteurs bio se sont retrouvés à Rennes "pour la défense de l'agriculture biologique en Bretagne" avec des tracteurs affichant des pancartes "la vraie agriculture est bio, soutenons-la" ou "investissons dans le bio". "Le bio est sur une belle dynamique, 600 nouveaux agriculteurs ont franchi le pas cette année et pile poil au même moment l'Etat choisit de se désengager des aides au maintien à l'agriculture bio", a déploré Julien Sauvé, producteur de lait bio à Melesse (Ille-et-Vilaine). "La filière agricole reçoit 550 millions de la PAC. Dans cette somme, nous n'en recevons que 50 et on prétend qu'on coûte cher. Qui doit payer la dépollution des eaux, des terres avec tout les pesticides employés ? ce sont les collectivités, l'Etat", a-t-il ajouté.

Les installations d'agriculteurs bio continuent de progresser en France, avec 1,77 million d'hectares désormais cultivés selon des principes biologiques (+15% en six mois), soit 6,5% de la surface agricole utile du pays, selon l'Agence Bio. 51.490 fermes et entreprises étaient engagées en bio au 30 juin 2017, soit une hausse de 9,3% depuis la fin 2016, selon les mêmes statistiques.

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

PàgraT

A @alex Pour la sécurité alimentaire nationale qui ne serait assurée que pour seulement 2/3 des français dans les conditions actuelles de consommation globale et de rendements bio ramenés à l'échelle du pays; dixit Joseph Pousset qu'on ne peut qualifier de pro agriculture chimique!

Cp

Macron et Travert n’ont que faire du bio ils veulent du rentable à court terme, et du bio leclerc et Auchan . L écologie ne sera rentable que sur le long terme ! Nos politiques n ont aucune vision à long terme. Je pense qu il faudra que l’on se desengage du bio que l on veut nous imposer et revenir à une réelle agriculture respectueuse de nos terres et animaux. Marre d être pris pour des c... par tout ces gens qui n ont rien à faire de nous

@alex

puisque l'agriculture conventionnelle n'est pas rentable , qu'elle pollue massivement les eaux , que les paysans francais sont incapbles de produire au cours mondial alors a quoi bon la subventionner

robin

Quand on pense que l'agriculture Bio, n'est finalement pas rentable non plus, et qu'il n'y a déjà pas assez d'argent pour les qlq pourcents qui y sont passés ! quand tous les agri seront Bio et que les prix du Bio seront redescendu au niveau des prix des produits de l'agriculture conventionnelle, je me demande ou la France ira chercher l'argent pour maintenir à flot tous les agriculteurs. En fait on finira par ne plus produire en france . On sera à la merci de ce que les autres voudront bien nous vendre au prix qu'ils veulent...et on retrouvera des "pénuries" comme le beurre dans pleins d'autres produits.

alex

les chasseurs de primes manifestent...
que leur filière soit auto-rentable, point.
il n'y aura jamais un budget pour que tous les agriculteurs de france soit en bio.
Alors que leur client bio paie leur surcoût puisqu' après tout l'argumentation bio repose sur une peur alimentaire inventé que le lobbying des ong pro bio tente d'inculquer par une argumentation tapageuse.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires