Des chefs d'exploitation moins nombreux et plus vieux

S C

Des chefs d'exploitation moins nombreux et plus vieux

Le nombre de chefs d'exploitation ou d'entreprise agricoles a continué de décroître en 2013, notamment dans la filière laitière, selon la Mutualité sociale agricole. Les grandes évolutions du secteur se poursuivent : vieillissement de la population, augmentation du poids des sociétés et de l'imposition au réel.

Le nombre de chefs d'exploitation ou d'entreprise agricole cotisant à la Mutualité sociale agricole s'élève pour l'année 2013 à 479.000, en baisse de - 1,1% par rapport à 2012, annonce la MSA dans sa dernière enquête. Cette baisse est similaire à celle enregistrée l'année précédente mais  la MSA note une « tendance au ralentissement de la baisse démographique du nombre de chefs d'exploitation ou d'entreprise agricole observée depuis 2005 ».
 
 En 2013, les MSA ont enregistré 16.964 entrées de chef d'exploitation ou d'entreprise dans le régime des non-salariés agricoles pour 22.087 sorties, soit un taux de remplacement des départs de 77 %, légèrement supérieur à celui de 2012 (76 %).
 
La baisse démographique touche l'ensemble des secteurs d'activité traditionnelle de l'agriculture, hormis la polyculture-élevage, qui reste stable. Les effectifs de chefs d'exploitation diminuent de - 0,6 % pour le secteur céréalier, et de -2,1 % dans le secteur laitier. A l'inverse, le nombre de chefs en centre équestre continue de croître et celui des paysagistes se stabilise.

Age moyen des femmes exploitantes : 51,2 ans

Autre constat : L'âge moyen des chefs d'exploitation ou d'entreprise agricole ne cesse de progresser : 48,4 ans en 2013 contre 48 ans l'année précédente. L'âge moyen des hommes s'établit à 47,5 ans et celui des femmes à 51,2 ans, beaucoup d'entre elles ayant succédé à leur époux retraité.

Trois activités agricoles concentrent plus de la moitié des effectifs  des chefs d'exploitation ou d'entreprise : l’élevage bovins-lait et mixtes en tête avec  101 000 chefs d'exploitation (21,1%), devant les secteurs « cultures céréalières et industrielles » (82 900 individus, soit 17,3% des chefs) et les "élevages de viande" (79 400 personnes, soit 16,6% des chefs).

53,7 hectares en moyenne 

L'ensemble des chefs d'exploitation agricole mettent en valeur 23,8 millions d'hectares en 2013, soit - 0,5 % par rapport à l'an passé. La superficie moyenne par exploitant progresse toujours : 53,7 hectares en moyenne par exploitant en 2013 contre 53,4 hectares en 2012 et 52,1 hectares en 2011.

A noter enfin qu’en 2013, 42,5 % des exploitations ou des entreprises agricoles sont des sociétés et près de huit chefs d'exploitation sur dix sont imposés au réel : 78 %, contre 77% l'an passé. Les exploitants au réel concentrent 92,5 % du montant global des revenus professionnels.

Source MSA

Sur le même sujet

Commentaires 4

geo

@un réaliste: 8 ans en terme de transmission reste un délai suffisamment long pour qu'un changement s'opère, surtout dans une exploitation céréalière où il n'y a pas forcément besoin d'une vraie vocation pour l'agriculture.
Ces chiffres, hélàs, continueront de baisser. Les reprises familiales se feront de plus en plus rares (les capitaux à reprendre deviennent trop importants pour un jeune de 20 ans qui démarre dans sa vie, surtout s'il a des frères et sœurs à indemniser). Seule onde positive dont ne parle pas la MSA: l'augmentation des installations hors-cadre. Dans 10 ans, elles représenteront une installation sur 2. Il faudra que le monde agricole accepte cette réalité. Les hors-cadre ne sont plus forcément des poètes et constituent une alternative au déclin des installations dans le cadre familial.

ehoui

et alors c'est la politique du syndicat majoritaire qui gere cogere le ministere , des fermes de 1000 vaches avec des capitaux colossaux qui ne pourront etre repris que par des industriels ou des banques fini les paysans juste bon au servage , le tout industriel....vous avez voté pour eux alors vous n'avez que ce que vous meritez

yablème..

peut etre à lier au burn out ....
faudra un jour comprendre que tous les stress issus des règlements à géometrie variable finissent par peser lourd ( voir manif en haute marne : risque parcelles moins exploitables suite nouvelles normes epandage) : parents stressés , enfants pas encouragés , et au final industrialisation et moins d'emploi ( le contraire de ce que souhaitaient les politiques.....
Seule mesure favorable depuis longtemps à mon avis : un peu plus d'aides pac pour les exploitations moyennes ...
A quand une pose dans la normalisation ? arretons d'emm....... les agriculteurs!!

un réaliste

ce commentaire de la msa explique clairement la situation du monde agricole nos dirigeants devraient en tenir compte dés maintenant sinon dans moins de dix ans le nombre d'agriculteurs va diminuer fortement, c'est mon cas mon gamin ne reprendra pas ma ferme céréalière de 90 ha dans 8 ans

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier