Des éleveurs de porc de l'Ouest bloquent des salaisonniers

Une centaine d'éleveurs de porc au total ont bloqué lundi les accès de trois entreprises de salaison, dans l'Ouest, pour réclamer l'apposition, sur les produits commercialisés, de la mention Viande de Porc Française (VPF).

En Loire-Atlantique, une cinquantaine d'éleveurs se relayaient depuis lundi matin pour bloquer l'entrée du salaisonnier Aubret à Saint-Mars-La-Jaille, à l'appel de la FRSEA, des Jeunes agriculteurs et de la Fédération nationale Porcine, a indiqué le responsable de la Fédération porçine de la FRSEA des Pays-de-la-Loire Gérard Bourcier.

« Nous voulons que la mention Viande de Porc Française (VPF) figure sur les produits, ce à quoi s'opposent plusieurs grandes marques de salaisonniers », a-t-il déclaré. « Or cette appellation répond à un cahier des charges et une réglementation spécifiques qui n'est pas celui des autres pays producteurs de viande de porc », a-t-il ajouté précisant que le blocage, prévu pour durer une journée, était « un coup de semonce ».

A Josselin (Morbihan), une trentaine de producteurs bloquaient également l'entreprise « Charcuteries gourmandes », trois jours avant une réunion des acteurs de l'interprofession porcine, prévue jeudi, pour discuter de la mention d'origine des produits, a précisé François Valy, le président de la section porcine de la FRSEA de Bretagne.

Par ailleurs, les deux usines finistériennes du salaisonnier Jean Caby (groupe Aoste/Campofrio) à Ergué-Gabéric, près de Quimper, et à Landivisiau, étaient également bloquées par une trentaine d'éleveurs, selon la FDSEA.

Les producteurs, qui prévoyaient d'y rester jusqu'en fin d'après-midi, bloquaient notamment un camion de volailles polonaises et un autre de porc allemand, a précisé Emile Riou,président de la section porc de la FDSEA du Finistère.

Outre l'appellation d'origine française sur les viandes, les producteurs de porc réclament également l'abrogation du logo « élaboré et transformé en France », jugé « trompeur » pour le consommateur, a ajouté Emile Riou.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier