Des maraîchers en colère détruisent des tonnes de concombres invendus

Plusieurs dizaines de maraîchers nantais en colère ont détruit dans une exploitation à Carquefou (Loire-Atlantique) dix tonnes de concombres invendus en raison de la crise sanitaire liée à une bactérie en Allemagne qui a fait chuter les ventes de légumes frais.

« On n'a jamais vu ça dans notre histoire : rien que sur la région nantaise, les producteurs perdent trois millions d'euros par jour », explique Louis Vinet, président des Jeunes maraîchers de légumes de France.

M. Vinet est lui-même producteur de concombres en Loire-Atlantique, premier département producteur de France, où les 4/5 de la production sont en passe d'être détruits cette semaine. « On demande une chose simple : que les pouvoirs publics viennent devant les médias pour rassurer la population et leur dire qu'il n'y a aucun danger à consommer nos produits », a-t-il ajouté.

« Sur tomates, concombres, salades, 90% de nos ventes ont été annulées la semaine dernière », explique le président de la coopérative Océane, qui revend 80% des légumes produits sur la région nantaise.

Laurent Cheminant, maraîcher sur l'exploitation où avaient lieu les destructions : « Nous détruisons aujourd'hui 10 tonnes de ma production et si les choses ne changent pas, nous allons devoir faire ça tous les jours. Sur 20 à 25.000 colis de concombres que je produis chaque semaine en ce moment, j'en ai vendu seulement 5.000 la semaine passée ».
Il ajoute, « Nous espérons que la réunion de Bruxelles demain (mardi) va donner quelque chose, mais quelque chose de conséquent ».
« L'Allemagne, la Russie ont fermé leurs frontières et nous, nos frontières sont grandes ouvertes et tous les invendus des Pays-Bas et d'Espagne rentrent chez nous », a-t-il protesté. Après avoir vidé dix palettes de concombres dans une benne de broyage, les maraîchers sont allés les épandre dans un champ voisin.

La Commission européenne a annoncé son intention de proposer, lors d'une réunion extraordinaire mardi des ministres de l'Agriculture, des « compensations » financières pour aider les producteurs de légumes et fruits dont les ventes ont chuté à la suite de l'épidémie de la bactérie tueuse partie d'Allemagne.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires