Des militants contre un projet d'abattage sans étourdissement

Une trentaine de militants de l'association Animavie et de la Fondation Brigitte Bardot ont manifesté jeudi devant l'abattoir d'Anglet contre un projet d'abattage sans étourdissement des animaux.

   "Cet abattage de type rituel +halal ou casher+ provoque de longues souffrances pour les animaux. Leur agonie peut durer jusqu'à quatorze minutes", a expliqué l'un des manifestants, Christophe Leprêtre, membre d'Animavie. "Aucune communauté religieuse n'est visée dans cette action, notre seule volonté est d'éviter des souffrances inutiles", a-t-il ajouté.

  Les manifestants ont dénoncé un projet basé selon eux sur le "seul profit", évoquant aussi des risques sanitaires et demandé à s'entretenir avec le directeur des abattoirs, sans succès.

  Barthélémy Aguerre, président de la société qui gère les abattoirs, Arcadie, a pour sa part confirmé l'existence de ce projet. "Nous avons une demande de la population musulmane concernant le mouton. Nous allons faire appel aux services d'un sacrificateur", a-t-il déclaré. "Les animaux qui se vident de leur sang ne souffrent pas plus ceux qui se font étourdir", a-t-il ajouté en précisant qu'une autorisation préfectorale avait été demandé pour pouvoir recourir à cette méthode d'abattage.

  En 2010, sur l'ensemble des 255 abattoirs français, 14% du tonnage de la viande abattus l'était de façon "rituelle", c'est-à-dire sans étourdissement, avait indiqué en mars l'ancien ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier