Des prix agricoles assagis pour les 10 ans à venir (rapport)

Des prix agricoles assagis pour les 10 ans à venir (rapport)

Les prix des produits agricoles devraient poursuivre dans la prochaine décennie la baisse amorcée depuis deux ans grâce à l'amélioration des rendements, sans exclure un "choc grave", selon un rapport conjoint FAO-OCDE publié mercredi.

L'augmentation des productions grâce à celle des rendements en Asie, Europe et Amérique du Nord et à la conquête de nouvelles terres agricoles en Amérique du Sud, conjuguée à la baisse des prix du pétrole, qui se répercute sur le coût des engrais et de l'énergie, tout concourt à assagir les marchés agricoles, estiment les organisations dans leurs "Perspectives agricoles 2015-2024". Cependant, les prix agricoles qui ont commencé à baisser globalement depuis près de deux ans, "devraient se maintenir à un niveau plus élevé que dans les années qui ont précédé la flambée de 2007-2008", qui avait provoqué la dernière crise alimentaire en date, selon l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) et l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE, 34 pays).  

" Une variation moyenne des prix autour de 15 à 20% "

Pourtant, cette relative régularité à la baisse ne met pas les marchés à l'abri des secousses, préviennent les deux organismes: entre les variations possibles des rendements, liées au climat, du prix du pétrole et de la croissance économique, "il est très probable que les marchés internationaux connaissent au moins un choc grave au cours des dix ans qui viennent", c'est-à-dire une flambée des cours. "Nos différents scénarios envisagent une variation moyenne des prix autour de 15 à 20%, projections de base de la plus grande probabilité. Mais sans exclure que les prix puissent grimper bien plus haut, en raison d'un choc climatique par exemple", indique Boubaker ben Belhassen, directeur de la Division Commerce et Marchés de la FAO. Pour établir leurs "Perspectives", explique-t-il, les économistes de la FAO et de l'OCDE se fondent sur les capacités de production, les estimations de consommation, les conditions macroéconomiques et climatiques. Mais une sécheresse, comme celle aux Etats-Unis en 2012, peut tout perturber, de même qu'une décision politique de suspendre les exportations. Car plus que jamais, les marchés mondiaux seront alimentés par un club restreint de cinq exportateurs majeurs: Etats-Unis, Union européenne, Russie, Brésil, Argentine.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 12

Mr TINCA

Une croissance infinie dans un monde fini vous trouvez ça jouable?

1584

@ toto17 ta synthèse est très juste je rajouterai seulement que l'on voit trop d'article de ce genre y compris sur plien champ! A bon entendeur salut.

hahaha

merci la fao , j'ai bien ri , il fallait bien rejoindre le rang des previsionniste en tout genre , dont au final la seule specialité est de se tromper et d'expliquer 6 mois apres pourquoi ils se sont trompés.
il y a 3 ans on nous expliquait apres des années de prix bas que les prix de blé seraient durablement a 200 euros , sur un choc grave les prix n'ont pas augmenté de 15 a 20% mais ils ont doublé pas de raison que ca ne se reproduise pas ( d autant que les traders ont tout interet a amplifié la hausse ou la baisse) , et aujourd'hui nous voila revenu a 150 € meme pas pour certain l'an passé
rappelons que vu les enjeux strategiques lié a la nourriture tous les grands blocs agricoles ont decidé d'augmenter leurs allocations à l'agriculture , tous sauf l'europe , le ministre qui visiblement lui croyait a la durabilité de cours a 260 euros a meme fait une reforme sur cette base
bref que l'on soutienne l'acitivité agricole quelle soit d'elevage , de maraichage , de cereales.... que les paysans vivent dignement
quant au reste on reviendra vite a une situation que l'on aurait pas du quitter
je lisais recemment qu'en grece , ils revenaient de force à l'habitat intergenerationnel , que les priorité n'etaient plus desormais ipad, iphone vacances mode ....mais se nourrir se loger, toute nos sociétés basées sur la croyance que la croissance est infinie vont tomber de haut, que pensez vous qu'il peut advenir d'un pays qui a 2000 milliards de dettes , bientot on en reviendra nous aussi a se nourrri se loger ....point

le paysan

derierre un produit il y a des humains qui ne sont pas pris en consideration dans l'analyse!!!

jememare

ce rapport n'est pas surprenant venant de la FAO les premiers à avoir faim dans le monde sont les agriculteurs .il ne reste plus à la FAO qu'à changer de nom car elle est démasquée .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires