Des rencontres "Made in viande" dans une filière qui recrute

V.Bargain

Des rencontres "Made in viande" dans une filière qui recrute
Des investissements sont faits désormais pour améliorer les conditions de travail, tant en élevage qu'en transformation. - © V.Bargain

Plus de 1 000 entreprises de la filière viande ouvrent leurs portes au grand public pour faire découvrir leurs métiers et tenter de répondre aux 20 000 emplois à pourvoir d'ici 2018.

Les  Rencontres Made in Viande qui auront lieu dans toute la France du 25 au 31 octobre sont issues d'une réflexionme née depuis un an par l'ensemble de la filière. Face aux attaques anti- viande et surtout à la nécessité de renouveler les hommes et femmes travaillant dans cette filière, les professionnels réunis  au  sein d'Interbev ont souhaité ouvrir leurs entreprises en toute transparence. "C'est la première fois que la filière viande prend la parole, souligne Emmanuel Coste, président d' Interbev ovins et président de la commission Communication transversale d'Interbev. Le but est de faire découvrir la filière aux consommateurs citoyens, de montrer que c'est une filière vivante, fière de ses produits qui présentent toutes les garanties sanitaires et de qualité, et qu'elle offre de réelles perspectives d'emplois et de métiers passionnants." Actuellement, la filière viande en France représente près d'un demi-million de professionnels, éleveurs, ouvriers agricoles, techniciens d'élevage, commerciaux, abatteurs, transformateurs,responsables qualité, bouchers, logisticiens,... Mais le vieillissement de la population, l'attrait pour d'autres métiers et les idées reçues sur les métiers de l'élvage et de la viande font que d'ici 2018, plus de 20 000 emplois seront à pourvoir au niveau national, dont 4 500 en élevage de bovins allaitants, 4 000 en élevage ovin, 250 pour la mise en marché des animaux, 5 000 postes de boucher en hypermarchés et supermarchés et 4 500 dans les boucheries et triperies traditionnelles. À cela viennent s'ajouter 32 000 emplois en restauration collective.

Une filière modernisée

Pourtant la filière et les métiers ont beaucoup évolué. Des investissements sont faits désormais pour améliorer les conditions de travail et réduire la durée et la pénibilité du travail, tant en élevage (équipements de contention, systèmes de surveillance, mécanisation de la distribution des aliments,...) qu'en transformation. "Nous nous sommes dotés d'équipements ergonomiques pour notamment éviter de porter les carcasses, faciliter leur découpe et réduire le bruit", explique Marc Priou, directeur de l'atelier de découpe et transformation Scavo-Savic, à Cholet, qui emploie 130 personnes, dont 71 en production. Le bien-être animal est également pris en compte à tous les stades de la filière. "En 2004, dans le cadre de la mise aux normes bien-être, j'ai choisi de passer tout mon élevage sur paille", explique Louis-Marie Lefort, éleveur de veaux de boucherie avec 450 places. "La sécurité du personnel mais aussi le bien-être animal ont été pris en compte dans la conception de notre nouveau centre d'allotement, souligne Jacques Chauviré, directeur du centre d'allotement Terrena de Saint-Laurent sur Sèvre. Les camions ont également été aménagés pour assurer le confort des animaux, et les chauffeurs ont été formés au bien-être animal.""Nous investissons chaque année 20 000 euros dans l'achat de parcs pour éviter l'attache des animaux par les cornes, qui  traditionnellement permettait de mieux évaluer les qualités bouchères d'un animal", précise Alain Bretaudeau, président du Foirail de Cholet. Enfin, la traçabilité et la sécurité sanitaires sont devenues essentielles. Au sein de la filière, les organisations, les circuits et donc les métiers sont par ailleurs très variés. Si certains éleveurs restent indépendants et commercialisent eux-mêmes leursanimaux sur les marchés, en les confiant à des négociants ou encore en direct, d'autres ont choisi d'adhérer à un groupement qui assure la commercialisation des animaux, les transporte, les allote, les abat, les transforme, assure la promotion, le conseil aux éleveurs, etc.

Des métiers très variés

De même, un boucher peut avoir le statut d'artisan en ayant sa propre boutique, être salarié d'un super-marché ou encore travailler dans un atelier de découpe et transformation. "Tous ces circuits et organisations sont complémentaires et fonctionnent dans un esprit de filière, assure Emmanuel Coste. Chaque personne peut choisir son métier selon ses goûts et ses possibilités." Des métiers qui permettent de travailler avec les animaux mais assurent aussi de nombreux et riches contacts humains au sein d'une filière. Des métiers souvent prenants (avec toutefois lapossibilité d'un travail  salarié  à35 heures par semaine) mais aussi peu routiniers et souvent passionnants.

 

Dans le département

17 éleveurs ont décidé de faire découvrir leur quotidien autour de thématiques :

-  Gaec Charreire à Cussac (boeuf fermier aubrac),

-  Gilles Amat, Ségur-les-Villas (engraissement et élevage à l'herbe),

-  Salers de la Santoire à Dienne (élevage et atelier de transformation),

-  Gaec Serre à Champs-sur- Tarentaine (engraissement),

-  Gaec de la Grange neuve ) à Trizac (salers allaitantes en bâti- ment moderne),

-  Gaec de Mezensac, Saint- Martin-sous-Vigouroux, race charolaise,

-    Laur'highland, découverte de la race highland à Brezons,

-  Eugène Juéry/Christian Gendre, à Jabrun, race aubrac et photovoltaïque,

-  Gaec Bénézit à Celles, label rouge salers, engraissement et commercialisation de broutards,

-  Bruno Dufayet à Mauriac (servi- ces environnementaux rendus par l'élevage salers),

-  EARL de Ferluc, à Drugeac, production de viande à l'herbe,

-  EARL Fabre - Saint-Cirgues-de-Malbert, élevage salers en bio,

-  Jean-Marie Fabre à Saint- Chamant, élevage à l'herbe en label rouge salers,

-  Gaec de la Reine des prés, à Saint-Clément (agriculture bio et découpe de viande à la ferme),

-  Bernard Ginalhac à Leynhac (Label rouge salers),

-  Gaec du Petit Bernard à Saint- Constant, engraissement de JB salers et création d'une unité de méthanisation,

-  Gaec de Chaubert, Sénezergues, troupeau limousin, entretien du paysage et environnement.

Parallèlement des boucheries, le  lycée agricole-Énilv Aurillac et le  marché au cadran de Mauriacsont aussi associés à l'opération.

 

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires