Développement : Les pays ACP demandent à l'Europe de « les comprendre un tout petit peu »

Les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont demandé aux Européens de « les comprendre un tout petit peu » et de faire preuve de « souplesse » s'ils veulent conclure des Accords de partenariat économique (APE), auxquels les pays africains sont réticents.

« Nous voulons tout simplement supplier nos partenaires de faire preuve d'un peu plus de souplesse, d'un peu plus d'humanisme, d'un peu plus de flexibilité », a déclaré le président du Conseil des ministres des ACP, le Gabonais Paul Boundoukou-Latha.

« Si on doit arriver à des conclusions mutuellement avantageuses, il faudrait tout simplement que l'Europe soit un tout petit peu à l'écoute des préoccupations des pays ACP », qu'elle « essaie de comprendre un tout petit peu les pays ACP dans leurs préoccupations en matière de développement », a encore dit le ministre gabonais délégué à l'Economie et au Commerce.

« Il est désormais urgent de donner des orientations politiques nouvelles aux négociations », a-t-il estimé, soulignant « la nécessité d'engager des discussions futures au niveau politique le plus élevé ».

Lancées en 2002, les négociations sur les APE piétinent, notamment car les pays africains craignent que l'ouverture des marchés ne fragilise leurs économies. Ces accords, censés remplacer le régime commercial préférentiel accordé par l'UE aux pays ACP, prévoient l'ouverture progressive des marchés ACP aux produits européens. Mais de nombreux pays les ont rejetés. Seul un accord complet, celui avec les Caraïbes, a été signé.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier