Devenir acteur en milieu rural : Quatre semaines pour sortir du brouillard

PATRICIA OLIVIERI

Le syndicat propose une nouvelle session de sa formation “Devenir acteur en milieu rural”, que Lionel Montin a suivie. Témoignage.

À 24 ans, avec un BTS agricole en poche et une licence dans le métier de conseil en élevage décrochée au prisé centre de formation de Bernussou dans l'ouest Aveyron, Lionel Montin aurait pu, comme tant d'autres, “se contenter” d'un stage en exploitation tel que requis dans le cadre du parcours à l'installation. Mais ce fils de producteur de lait castanhaïre est curieux de nature. “Des stages en élevage, j'en ai faits quelques uns au cours de ma formation ; alors, quand en janvier dernier j'ai commencé à me renseigner sur ma future installation et qu'on m'a dit qu'une session de la formation “Devenir acteur en milieu rural” allait débuter une semaine après, j'ai sauté sur l'occasion”, se rappelle celui qui est actuellement aide familial sur l'exploitation(1) reprise par sa mère au départ en retraite de son père.
D'autant que cette formation organisée par les Jeunes agriculteurs se déroulait pour la première fois à Maurs, “à 15 km de chez moi”, resitue Lionel Montin, de La Roumiguiere de Marcolès. “Le premier soir, je n'avais pas été prévenu, alors je suis rentré chez moi. Après, durant les quatre semaines de la formation, on restait dormir sur place sachant que le soir on continuait d'échanger et de travailler ensemble”, précise Lionel auquel l'esprit de groupe n'est pas étranger, lui qui a toujours fait ses études en internat.

Une vaste formation accélérée

Ce qui l'a le plus marqué durant ce mois à la rencontre des organisations agricoles, des élus, administrations... : “La semaine passée à Paris et Bruxelles”, répond tout de go Lionel Montin. “On a pu découvrir comment se décidait le budget de l'Union européenne, comment se fixait le cours de la viande bovine avec tous les élements qui pouvaient influencer à la hausse ou à la baisse les prix, avec aussi la diversité des pays et agricultures au sein de l'Europe”, analyse avec du recul le jeune homme qui évoque une vaste formation accélérée.
Y compris sur le rôle et le fonctionnement des organisations professionnelles agricoles cantaliennes ou régionales. “Maintenant, on sait de quoi on parle et où s'adresser si on a un problème”, assure-t-il. Lionel a aussi en mémoire la rencontre avec le directeur du centre Leclerc d'Aurillac qui l'a agréablement surpris : “Il s'est montré transparent sur l'approvisionnement de son magasin et on a pu constater que du côté de la grande distribution tout n'était pas si noir.”
Il relève aussi la richesse d'un groupe qui, même réduit à neuf pour cette première session 2011, a pu profiter de l'expérience de ceux d'entre eux qui avaient déjà derrière eux une dizaine d'années d'expérience professionnelle, dans le négoce ou encore dans la vente directe. Notamment lors des séquences “débat” où ils se sont essayés avec l'appui de l'Ifocap (centre de formation) à déployer un argumentaire sur des aspects parfois sensibles attachés à leur profession : les aides publiques, l'environnement, la qualité. Car la formation Devenir acteur en milieu rural (DAEMR), née voilà plusieurs décennies, a aussi cette vocation : donner à des jeunes désireux pour la plupart de s'installer agriculteur l'occasion d'élargir leur horizon.

Une formation prisée

S'il hésite encore à se lancer seul en production laitière “surtout dans un secteur pentu où il fait sec une année sur deux” et “où on se demande si la production laitière a encore sa place”, Lionel Montin sait qu'un jour il sera un chef d'exploitation capable de défendre sa passion. D'ailleurs, il envisage de rejoindre les jeunes agriculteurs du canton de Maurs.
Du côté des JA, on se félicite de l'intérêt suscité par cette formation désormais bi-annuelle. L'an dernier, malgré la baisse du nombre d'installations, un jeune sur cinq en parcours vers l'installation l'a suivie.
(1) Élevage bovins lait et atelier porcs à l'engraissement.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier