Drôme : Le 1er département bio ne traverse pas de crise de confiance

Touchée dans sa réputation par les infections à la bactérie E. Coli, la filière de l'agriculture biologique assure ne souffrir paradoxalement d'aucune baisse de ses ventes, comme l'atteste l'optimisme des producteurs de la Drôme, premier département bio de France.

« Il y a une tentative de déstabilisation de la filière bio, et nous attendons des soutiens publics », accuse Julien Adda, délégué général de la Fédération nationale d'agriculture biologique (FNAB).

Alors que l'origine de l'épidémie, en Allemagne et en France, a été identifiée dans des graines germées, issues à 90% de l'agriculture biologique, « des amalgames dommageables ont été faits entre une crise bactérienne et un système de production », selon M. Adda.

Ces épisodes, qui font suite à la mise en cause à tort de concombres produits dans deux exploitations biologiques en Espagne, puis à celle de graines germées d'une ferme biologique d'Allemagne, ont fait perdre du crédit au bio.

Quoi qu'il en soit les ventes de produits bio n'ont pour l'instant pas souffert, d'après le Syndicat national des entreprises bio. Dans la Drôme, 1er département bio par le nombre de producteurs et les surfaces, nulle inquiétude. Du Val de Drôme à la Drôme Provençale, les moissons battent leur plein.

« La crise actuelle n'a aucune répercussion sur la production ou la consommation », a constaté Marianne Camus, de l'association de producteurs locaux Agribiodrôme. « Les clients habituels restent fidèles, mais les consommateurs occasionnels peuvent se détourner », précise-t-elle. La moitié des producteurs bio pratiquent la vente directe en Drôme.

La ferme Drôme souffre davantage d'un « manque d'offre » que d'un défaut de demande, « surtout avec la sécheresse qui diminue les volumes », relève Michel Baude, du syndicat FDSEA.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires