Échanges UE-USA : les "lignes rouges" agricoles respectées

Échanges UE-USA : les "lignes rouges" agricoles respectées

La France a obtenu que "trois lignes rouges" ne soient pas franchies par l'UE dans les négociations commerciales avec les Etats-Unis et qui concernent l'exception culturelle, les produits agricoles et l'armement, a assuré le ministre des Affaires européennes Thierry Repentin.

Les États-Unis et l'Union européenne ont donné lundi à Washington un coup d'envoi discret aux négociations visant à créer l'une des plus grandes zones de libre-échange dans le monde, dans un climat assombri par l'affaire de l'espionnage américain.

L'objectif de l'accord est ambitieux : éliminer l'ensemble des barrières, douanières et surtout réglementaires, qui entravent les échanges entre les États-Unis, première puissance mondiale, et l'Union européenne, son principal partenaire commercial.

Si le respect de l'exception culturelle est un "point essentiel sur lequel la France a obtenu gain de cause, Paris a également fait inscrire dans le mandat de négociations des garanties pour nos lignes rouges agricoles et alimentaires", écrit Stéphane Le Foll dans un communiqué.

"Il y avait trois lignes rouges" demandées par la France dans les mandats de négociations donnés à la Commission européenne pour les négociations qui se sont ouvertes ce lundi, a confirmé  M. Repentin interrogé sur Public Sénat.  Ces trois secteurs à ne pas faire entrer dans le champ des discussions sont "l'exception culturelle", comme déjà annoncé, "les produits de l'agroalimentaire : on bannit les OGM (organismes génétiquement modifiés), les hormones de croissance, les décontaminations chimiques des viandes". "Et le troisième sujet, c'est le marché de l'armement". "Ces trois lignes rouges ont été actées", a assuré le ministre.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier