Ecotaxe : la révolte gronde en Bretagne

Photo AFP, Fred Tanneau

La grogne des Bretons contre l'écotaxe est montée d'un cran lors d'une manifestation à la violence sans précédent, samedi dans le Finistère, et les opposants se sont donnés rendez-vous samedi prochain à Quimper pour un rassemblement qui s'annonce comme le point culminant de la mobilisation.

Moins de 24 heures après les affrontements qui ont fait une dizaine de blessés aux pieds du portique écotaxe de Pont-de-Buis, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a assuré dimanche avoir "parfaitement entendu" et "parfaitement compris" le message exprimé par les manifestants.

Sur France 5, le ministre a affirmé qu'il remettrait des propositions au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, comportant notamment des mesures pour l'agriculture et pour l'agroalimentaire. "Je ferai des propositions qui tiennent compte de ce que j'ai entendu et en même temps de ce que je sais être la situation en Bretagne et ailleurs", a-t-il détaillé. Interrogé sur la possibilité d'augmenter la détaxe de 50% accordée à la Bretagne, M. Le Foll a estimé qu'il s'agissait d'"une bonne piste de réflexion".

Les manifestants avaient annoncé la couleur en se rendant samedi devant le dernier portique écotaxe finistérien encore en état de fonctionner coiffés de bonnets rouges, symbole de la révolution antifiscale en Bretagne sous l'Ancien Régime. Ils étaient un millier, au bas mot, avec 250 camions, des tracteurs aux remorques pleines de dizaines de tonnes de choux-fleurs, d'oeufs, de bottes de paille et de pneus qu'ils ont enflammés.

Les manifestants se sont heurtés à 150 gendarmes mobiles, renforcés en fin de journée par plus d'une centaine de CRS. "On fera tout, dans la limite du raisonnable, pour empêcher la destruction de ce portique", a affirmé dimanche le préfet du Finistère, Jean-Luc Videlaine.

La révolte fait plusieurs blessés

Lors des affrontements, un manifestant a été grièvement blessé et deux autres légèrement, et côté gendarmes on dénombre six blessés légers, a-t-il précisé.

C'est la première fois que ces manifestations contre l'écotaxe, qui durent depuis plusieurs mois en Bretagne, atteignent un tel niveau de violence. Dans les rangs des manifestants, on ne parlait même plus de manifestation mais de "révolte".

En Bretagne, depuis début août, trois portiques ont déjà été rendus inopérants, dont un abattu. Mais l'écotaxe cristallise aujourd'hui toute la grogne des Bretons qui voient l'agriculture et l'agroalimentaire, piliers de leur économie, s'effondrer, et les plans sociaux se multiplier comme chez le volailler Doux ou plus récemment chez Gad SAS où plus de 800 emplois ont été détruits.

Les élus bretons, même socialistes, ne sont pas en reste pour demander au gouvernement de revoir sa copie sur l'écotaxe, ou tout bonnement son annulation. Le député PS du Finistère, Jean-Jacques Urvoas, a réitéré dimanche sur I>TELE la demande d'"ajournement" de l'écotaxe pour cette région que réclament "l'ensemble des députés de Bretagne et les collectivités bretonnes à majorité socialiste".

Le gouvernement refuse de revenir sur la date d'application de l'écotaxe

Si le gouvernement a promis de possibles ajustements d'ici la mise en service de l'écotaxe poids lourds, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier, et un rabais de 50% pour la Bretagne, il refuse cependant de céder sur sa date de mise en application.

"Elle est prévue pour le 1er janvier", a ainsi réaffirmé dimanche sur Europe 1 le ministre de l'Économie et des Finances, Pierre Moscovici, tout en ajoutant : "Nous entendons qu'il y a des crispations, voire des colères, des inquiétudes. C'est la raison pour laquelle nous avons fait des adaptations".

 

Source AFP et BFMTV

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier