Edgard Pisani, Bruno Guichard et les salariés agricoles

Aveyron ASAVPA

Edgard Pisani, Bruno Guichard et les salariés agricoles

Sous le titre, « Courage », Bruno Guichard, ancien président de la Fédération Nationale des ASAVPA, vient de publier un livre de souvenirs et de réflexion autour d’Edgard Pisani, qui a été ministre de l’Agriculture dans la période clé de la naissance du Développement agricole, de 1961 à 1966, avant d’occuper de nombreuses autres responsabilités dans l’espace public. Parmi bien d’autres sujets, y sont évoqués les salariés agricoles et leur place dans le monde agricole.

Edgard Pisani, Bruno Guichard et les salariés agricoles

C’est en 1974 que Bruno Guichard choisit d’occuper un poste de salarié agricole dans un domaine viticole familial situé dans le Lot. Pour ce fils d’un haut fonctionnaire de l’administration forestière, ayant occupé plusieurs emplois dans l’informatique, l’agroalimentaire et la coopération agricole, ce changement est aussi « opérer un grand saut dans l’inconnu ». Il deviendra bientôt gérant salarié de ce domaine.

A l’occasion d’un voyage au salon de l’Agriculture, il fait la découverte des associations de salariés agricoles (les ASAVPA). Peu à peu il deviendra président de l’ASAVPA du Lot puis également vice-président de la MSA du Lot, au titre cette fois-ci de la CGC.

Son employeur, pourtant de sa parenté, l’accuse de mener « des actions anti-patrons » et le somme « de cesser immédiatement toute activité syndicale ». Mais ajoute-t-il, « il en fallut plus pour m’intimider » !

En 1982, il est élu président national de la  Fédération Nationale des ASAVPA, où il dit continuer « à découvrir une profession exceptionnellement riche sur le plan humain », non sans quelques difficultés localement, car aux dire des salariés de Midi-Pyrénées, "ses responsabilités l’éloignaient par trop du terrain"... Il le reste jusqu’en 1997 où, suite à un licenciement, il poursuit sa carrière professionnelle dans le Var.

En 1986, il publie, mandaté par Henri Nallet, le ministre de l’Agriculture de l’époque, un rapport : « Exploitants et actifs agricoles : vingt propositions pour de nouvelles relations contractuelles ». Ce rapport montre la place prépondérante tenue par les salariés agricoles dans l’agriculture française et le facteur limitant de leur image auprès des demandeurs d’emploi.

Dans la foulée, aura lieu la fameuse rencontre, le 15 mars 1986, à la Mutualité à Paris, de 1200 salariés agricoles par les ASAVPA, en présence d’Edgard Pisani.

 

C’est là qu’il le rencontre pour la première fois et que commence le début d’une longue amitié que décrit ce petit ouvrage, intitulé « Courage » (car dit Pisani, « on ne gagne pas avec la peur »), et dans lequel sont évoquées pêle-mêle de nombreuses questions politiques et agricoles. On sent l’un comme l’autre en recherche d’une vision et d’un projet. Certaines questions sont plus intimes et touchent aux convictions personnelles de chacun, ainsi que l’exprime le sous-titre de l’ouvrage : « Un agnostique mystique et un chrétien en recherche ».

Bruno Guichard se demande qui est cet homme politique qui s’intéresse aux salariés agricoles sans en tirer de profit politique ?

Edgard Pisani sera présent à Cahors en 1988 pour fêter les 10 ans de l’ASAVPA du Lot. Le soir le la fête, il prendra lui-même la louche en toute simplicité pour servir les convives, faisant dire à un salarié agricole : « c’était bien la première fois qu’un ministre me servait la soupe » !

Quand à Bruno Guichard, même si sa carrière ultérieure l’éloignera des salariés agricoles de la base, il reconnaît dans son livre qu’il a beaucoup appris à leur contact : « Quelle intelligence, quel savoir-faire... Ce sont des gens dont je me sens proche, ils ne la jouent pas ».

Courage, Saint-Léger éditions - août 2014

 

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier