Elevage ovin : Alerte au loup

B.BOUCHOT d'après la FNO (Fédération Nationale Ovine)

L'accroissement constant de la population de loups dans l'arc Alpin avec la colonisation de nouveaux massifs démontrent selon la FNO (Fédération Nationale Ovine) l'inefficacité du dispositif de gestion de cette population en France.

Alors que la population de loups n'est plus considérée comme menacée dans notre pays, les mesures mises en place pour faciliter la cohabitation entre le prédateur et l'activité d'élevage ne suffisent pas, entraînant une augmentation de la facture payée par le contribuable et un abandon des terres pâturées seul garant de l'entretien de l'espace et des paysages dans les zones difficiles.

Coûts supplémentaires pour les éleveurs dans les zones où le loup est présent

Actrice incontournable en matière de préservation des ressources naturelles, de sécurité alimentaire et de cohésion sociale, la production ovine connaît depuis de nombreuses années de grandes difficultés qui se matérialisent par l'un des revenus les plus bas du monde agricole (50% en dessous du revenu moyen agricole en 2008). Ces difficultés, les éleveurs, des zones où le loup est présent, les connaissent bien et doivent faire face à des contraintes et des coûts supplémentaires pour protéger leurs troupeaux, essuyant malgré tout des attaques à répétition et des pertes importantes.

Perspectives favorables dans le cadre du bilan de santé de la PAC

Forte de ces constats, alors que la France doit faire face à une crise économique générale qui nécessite de redéfinir les priorités dans les financements de l'Etat, et, que de nouvelles perspectives favorables se dessinent pour l'élevage ovin grâce au bilan de santé de la PAC, la Fédération Nationale Ovine souhaite impulser une nouvelle dynamique à la lutte contre la prédation afin de trouver une issue favorable pour les éleveurs démunis face aux dégâts causés sur leurs cheptels.

A ce titre, la FNO ne manquera pas de solliciter dans les jours qui viennent une rencontre avec les ministres en charge du dossier.

Source FNO, Fédération Nationale Ovine

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier