Elva Novia : 1er bilan de la Coopérative 1 an après la fusion entre Coop'évolia et Génésia

Marie Renaud

Guy Martin, président d'Elva Novia

Elva Novia, né il y a un an, de la fusion de Coop´Evolia et de Génésia soufflait sa première bougie mercredi 11 décembre dernier à Vichy.

Elva Novia compte 6 300 adhérents actifs

Une coopérative moderne, plus proche de ses éleveurs

Inséminations, plans d'accouplements informatisés, transplantations embryonnaires, génotypages, semences sexées ... Autant de compétences, mis au service de 6 300 éleveurs adhérents actifs à Elva Novia, par ses 135 collaborateurs.

Harmoniser le fonctionnement et les offres de services mais pas le discours

Il y a un an, la coopérative Elva Novia est née de la fusion de Coop´Evolia et de Génésia. Aujourd'hui, la coopérative s'étend sur un bassin de production couvrant six départements (Allier, Côte-d´Or, Creuse, Nièvre, Puy-de-Dôme et Sâone-et-Loire). Une seule entité pour regrouper deux cultures de la coopération: “ Pour continuer à exister dans un univers concurrentiel, nous avions intérêt à réaliser des économies d'échelle, ceci dans le but d’apporter le meilleur service  au meilleur coût). Aujourd'hui, cette fusion est opérationnelle sur le plan administratif et informatique. Sur le terrain, cela demandera un peu plus de temps et c'est normal ", explique Denis Faradji, responsable marketing et communication à l'occasion de l'assemblée générale de la structure le 11 décembre dernier à Vichy. Car réaliser des économies de fonctionnement ne veut pas dire rogner sur ses valeurs : " La base d'un esprit coopératif, c'est la proximité. Les inséminateurs seront, pour les agriculteurs, les interlocuteurs privilégiés pour répondre à leurs demandes, sur  tout le territoire.

Une fusion réussie et saluée par Guy Martin, président d'Elva Novia qui y voit un " modèle de modernisation et d'adaptation, au service de la compétitivité nécessaire à nos adhérents et du confort de travail pour nos salariés".

8 000 femelles de échographiées

Les résultats de cette première année de fusion ne se sont pas faits attendre puisque la coopérative enregistre une progression de l'activité d'environ 2% soit près de 2 500 vaches inséminées et une hausse de 8 000 animaux échographiés. " Un résultat dont nous sommes d'autant plus fiers compte tenu du contexte économique de l'élevage qui ne se trouve pas au mieux", note Guy Martin. Au 30 juin 2013, la coopérative avait réalisé 169 000 Inséminations artificielles premières (IAP). Les autres activités de la coopération (taurellerie, procréation génétique et Généform) connaissent également des progression notables.

Le reproduction : un axe majeur

" Sur le plan technique, les enjeux de la reproduction sont fondamentaux dans la gestion d'un élevage, insiste Guy Martin. Le rôle de la coopérative est de mettre à disposition des adhérents les meilleures compétences à travers diverses offres de conseil en alimentation, en matériel ou en nouvelles technologies". "La reproduction est pour nous un axe majeur”, complète Denis Faradji.Aujourd'hui, les éleveurs recherchent des gains de productivité, et pour être efficace, il leur faut un outil adapté. L'univers de la reproduction évolue vite et il faut savoir être réactif pour répondre aux attentes des éleveurs". Ainsi, la mise en place d'un service de suivi reproduction (Cap repro) est développé depuis une année auprès des élevages. " Chacun pourra adapter ces offres à la conduite de son exploitation pour en tirer le meilleur en terme d'IVV et donc d'insémination fécondantes". Autre outil développé par la coopérative : le monitoring destiné à la détection des vêlages, des chaleurs et au suivi de la santé du troupeau.

Programme de recherche Génomique

De nombreux éleveurs charolais sont également engagés dans le programme recherche génomique intitulé Degeram (Développement génomique des races de massif)qui associe le Herd Book Charolais, la Fédération bovin croissance et la Fédération des stations d'évaluation.

  • La coopérative donne rendez-vous à ses adhérents au printemps 2014 pour deux manifestations : Gen & Tech à Chalon-sur-Saône, les 28,29 et 30 mars 2014. Et à Festi'IA les 26 et 27 juin 2014(organisé en partenariat avec l'UCATRC) à Meillard

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires