En 2010 : La consommation de viande se porte mieux

SC avec Agreste

Après deux années de déclin, la consommation de viande progresse en 2010. Une hausse à mettre au bénéfice de la viande bovine et surtout de la viande hachée.

La consommation de viande de boucherie, cumulée sur les huit premiers mois, s'élève de 1% en 2010, alors qu'elle déclinait de 1% en 2009 et de 2% en 2008. Cette reprise s'explique, d'après le service statistique du ministère, par la consommation de viande bovine qui s'accroît de 3% (en volume). La reprise des abattages en 2010 et la stabilité des cours des bovins auraient favorisé cette consommation.

Du côté de la viande porcine, la consommation reste stable sur les huit premiers mois de 2010 alors qu'elle s'était légèrement rétractée en 2009 et en 2008. La baisse du cours du porc charcutier, de 3 % en un an sur cette période, et le prix moyen d'achat réduit de 0,5 %, n'ont pas débouché sur une consommation accrue de viande de porcs. Pour les autres espèces animales, la consommation de viande de boucherie poursuit son déclin. Celle de viande équine recule de 2% en 2010 et celle de viande ovine de 7%.

Plus de viande hachée, moins de viande de boucherie

La consommation de viande de volaille progresse elle aussi (+4% sur le premier semestre 2010). Le poulet reste le principal moteur de cet essor. Sa consommation s'élève de 5% en 2010 et même de 7% pour le poulet frais dont le prix moyen d'achat a baissé de 2%. Pour la dinde, l'évolution positive de la consommation du premier semestre 2010 compense partiellement la forte décroissance de 2009 (-10 %).

D'après le panel de consommateurs « Kantar Worldpanel » pour FranceAgriMer, en cumul sur 2010, les achats de viande fraîche de boucherie baissent de 2% en volume, par rapport à l'année précédente au profit des produits transformés tels la viande hachée, surgelée, le jambon et la charcuterie.

Les achats de viande hachée de boeuf augmentent notamment de 2% en frais et de 6% en surgelés alors que ceux de viande de boucherie fraîche de boeuf diminuent en un an de 3 %, prolongeant la tendance des dernières années. Par contre, les achats de viande fraîche de veau augmentent de 3%. Ils auraient bénéficié de campagnes de promotions en avril-mai, en particulier pour le «veau de la Pentecôte ».

Publié par SC avec Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier