En 2011 le machinisme agricole ne connait pas la crise

S C

En 2011 le machinisme agricole ne connait pas la crise
Les immatriculations de tracteurs devraient se stabiliser autour de 38.000 en 2012 (DR).

Le marché français des agroéquipements se porte bien et renoue avec les excellents résultats de 2008. En 2011, son chiffre d’affaires atteint 4,5 milliards, en hausse de près de 35% et les perspectives pour 2012 restent bonnes.

Après une baisse significative de son activité en 2009 et 2010, la filière agroéquipement retrouve des couleurs. D’après les derniers chiffres annoncés par la filière réunie en congrès à Bruxelles, le marché français des agroéquipements  a en effet connu une croissance de 34,7% en 2011 par rapport à 2010,  pour un chiffre d’affaires de 4,5 milliards.

Globalement, la production française a bondi de 36,2% et même de 40% pour les tracteurs.  "Les exportations, portées notamment par la demande polonaise et ukrainienne,  progressent  de 30,2% à 2,6 milliards" annonce Patrick Perard, président d'Axema (Union des industriels de l'Agroéquipement). Les importations sont elles aussi en hausse de 22,1% à 3,45 milliards dont 1,1 milliard pour les seuls tracteurs.

De bons chiffres qui s’expliquent par l’embellie des cours des céréales, la stabilisation du cours du lait et  les bonnes perspectives en betteraves.  

38.133 tracteurs immatriculés en France en 2011

Le tracteur reste le produit phare des ventes avec  38.133 unités immatriculées en France en 2011, 22% de plus qu’en 2010. Mais les commandes ont été encore plus importantes "car on constate énormément de retard dans les livraisons des tracteurs" explique Alain Dousset du Sedima (syndicat des entreprises de services et de distribution du machinisme agricole). Retards liés aux nouvelles mises aux normes des moteurs. Une fois de plus, la tendance est à l’augmentation des puissances avec un bond des ventes de tracteurs de plus de 150 CV.

En viticulture, les machines à vendanger ont progressé de 6,7% vers des modèles automoteurs  au détriment des tractées. Au niveau de l’élevage,  le marché a été un peu perturbé par la sécheresse en 2011 qui a toutefois relancé les ventes de certains matériels comme les presses à  balle carré pour la paille. Si le matériel de traite s’est très bien développé, la demande en équipements porcins est restée faible malgré l’obligation de mise aux normes,.  

Un  marché stable  en 2012

Autre bonne nouvelle : les carnets de commandes du premier  semestre 2012 sont déjà  bien remplis. Les industriels prévoient un marché français stable pour 2012 à 4,5 milliards. Même optimisme du côté des concessionnaires  qui, à 86%, tablent sur une stabilisation voire une hausse (33%) de leur activité en 2012, en prenant en compte le marché de l’occasion.

En cas de tensions sur les cours des céréales et de problèmes climatiques graves, ses chiffres pourraient, bien sûr,  être revus à la baisse. En cette période électorale, des inquiétudes demeurent également sur les réformes à venir, notamment fiscales. La PAC 2014 et le contexte économique mondial sont d’autres  facteurs sensibles pouvant freiner le marché.

Sur le même sujet

Commentaires 1

gontrand

Bravo pour le titre! Que le machiNIsme agricole se porte bien, on peut s'en réjouir. Quant au machisme, on voudrait bien s'en passer.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier