En direct du plateau de Terre d'Info : Les clefs pour comprendre : Guy Vasseur :« Le problème majeur des agriculteurs, c'est la grande distribution »

Johanna BALPE, étudiante à AgroParisTech

En direct du plateau de Terre d'Info : Les clefs pour comprendre : Guy Vasseur :« Le problème majeur des agriculteurs, c'est la grande distribution »

Aujourd'hui, premier jour du Salon de l'Agriculture 2011, Guy Vasseur, président des Chambres d'Agriculture estime que l'intérêt du Salon, c'est d'abord la mise en lumière des difficultés du monde agricole.

Pour le coup d'envoi du salon, Nicolas Sarkozy a tenu à rassurer les agriculteurs en leur déclarant «Vous ne disparaîtrez pas, vous continuerez à exister mais pas de la même manière». En effet, les métiers de l'agriculture évoluent et les agriculteurs savent s'adapter, à la demande des consommateurs d'une part, et aux nouvelles exigences du métier.

Comment se porte l'agriculture aujourd'hui? Mieux qu'en 2009, ou plutôt « moins mal ». On parle de phénomène structurel où différents secteurs se reflètent les uns sur les autres. Car il n'y a pas une agriculture française, mais un ensemble d'agricultures interdépendantes. Or, selon Mr Vasseur, Invité du plateau de Terre d'Infos, afin de protéger l'agriculture européenne de la spéculation internationale, il faut avant tout «trouver les moyens de la solidarité pour renouer ces liens entre producteurs qui ont été distendus ». Il rappelle que les premiers clients des céréaliers français sont les éleveurs français. Il ne « prône pourtant pas une déconnection des prix français du marché international» mais reste optimiste quand à l'élaboration de formules visant à limiter la flambée des prix. Il considère que la première étape du processus de régulation à mettre en place est la création d'un stock de sécurité international.

Développer la communication sur les efforts des agriculteurs en matière environnementale

Mais qui dit régulation dit baisse de compétitivité. C'est un problème auquel est confrontée la problématique environnementale, avec le manque d'homogénéité d'application des directives européennes. La France en particulier développe parfois des normes supplémentaires qui nuisent au processus global, même si des progrès sont faits. Mr Vasseur encourage d'ailleurs les producteurs à développer la communication sur leurs efforts en matière environnementale et juge scandaleuse la campagne FNE visant les agriculteurs bretons. Il ajoute donc que « des réalisations ont été accomplies. Il faut les montrer concrètement, avec des images, et pas que des discours ».


En revanche, selon Mr Vasseur, le problème majeur auquel sont confrontés les agriculteurs aujourd'hui est celui de la grande distribution. L'APCA souhaiterait que le président « siffle la fin de la récré » et « impose l'arrêt de cet écrasement des agriculteur». Mais de telles mesures entraîneraient une hausse des prix pour les consommateurs. Mr Vasseur pense cependant que même en temps de crise celle-ci serait acceptée, car les clients ont certaines exigences de qualité et de respect de l'environnement qui la justifient.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier