En Seine-Maritime : Premier contact avec le terrain pour Bruno Le Maire

Le nouveau ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a plaidé, lors de sa première rencontre avec des producteurs de lait, en faveur de la « régulation » de la filière et de « la transparence » des marges.

« Tous les Français doivent avoir conscience des difficultés des producteurs car personne n'accepterait d'avoir des revenus en baisse de 30 ou 40% », a-t-il dit après une réunion à Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime) avec les responsables de la Fdsea et de la chambre d'Agriculture.

Le ministre a demandé le respect de l'accord signé début juin entre les producteurs de lait et les industriels qui prévoit un prix moyen de 280 euros les mille litres pour 2009. « Il ne faut rien faire qui puisse fragiliser cet accord », a-t-il affirmé. Toujours sur le court terme, il a souligné l'importance de la transparence des prix et des marges tout au long de la filière. « Nous voulons la transparence, c'est une exigence républicaine », a-t-il dit.

Un système basé sur la contractualisation et la régulation

Sur le long terme, il a appelé à « construire un système qui assure de la lisibilité pour ne pas courir le risque d'avoir de moins en moins d'exploitations et de jeunes agriculteurs ». Ce système doit être fondé, à ses yeux, sur la contractualisation et la régulation. Mais il rejette d'une part le système des quotas, dont l'Europe a programmé la disparition, et, d'autre part, une libéralisation sans limites.

Le ministre a visité un élevage d'une centaine de vaches laitières à Neuville-Ferrières, tenu par Samuel Chemin et son fils Philippe qui chiffrent la baisse de leurs revenus « à 30.000 euros » pour 2009. « A 274 euros les mille litres nous ne couvrons pas les coûts d'exploitation qui sont de 300 euros minimum », ont-ils expliqué au ministre.

La rencontre s'est déroulée dans une atmosphère détendue et le ministre a été invité à baguer un veau né deux jours plus tôt et baptisé symboliquement « Europe ».

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier