Environnement : Bordeaux met en exergue la zone humide menacée de la presqu'île d'Ambès

La communauté urbaine de Bordeaux a mis en exergue le site naturel des marais de la presqu'île d'Ambès (Gironde), au confluent entre Dordogne et Garonne, à travers une exposition et une conférence organisées à l'occasion de la Journée mondiale des zones humides.

La presqu'île d'Ambès, territoire de 3.100 hectares dont 390 de marais intercommunaux, doit être bientôt classée Natura 2000 pour sa faune et sa flore. Mais la présence d'une dizaine de sites industriels classés Seveso et la lutte contre les risques importants d'inondations constituent une menace pour sa biodiversité, a indiqué l'Association des amis des marais de Montferrand, lors d'une conférence-débat à l'hôtel de la CUB.

Cette « zone naturelle entièrement modelée par l'eau », qui subit les marées dans l'estuaire de la Gironde, comprend des secteurs bâtis, des terres labourables, des prairies, des bois, des vignes mais aussi des marais dans sa partie centrale en « cuvette », a déclaré Pierre Bardou, historien et photographe de l'association. Sept communes sont chargées de la gestion de ces marais qui accueillent une faune sauvage mais aussi des bovidés et des chevaux.

« Les transports, l'urbanisation, le développement industriel ou les comportements individuels, comme les décharges sauvages, viennent perturber la biodiversité », a dénoncé Bernard Vélasquez, également membre de l'association. « Cela développe l'imperméabilité de cette éponge naturelle » a-t-il dit, tandis que « l'agriculture intensive l'assèche par drainage ». Il a en outre mis en garde contre « l'invasion d'espèces exogènes », comme le ragondin mais aussi la tortue de Louisiane, le raisin d'Amérique ou le frelon asiatique qui « étouffent » les espèces indigènes. Regrettant que les recherches ne portent pas suffisamment sur l'habitat et ses composants microbiologiques, M. Vélasquez a appelé à « respecter l'harmonie des zones humides et éviter d'ajouter une autre perturbation climatique » en menaçant ce « poumon » d'une zone urbanisée.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires