EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) ambitieux sur l’engraissement

P.Olivieri

EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) ambitieux sur l’engraissement
Julien Fau, président d’EPV, a souligné l’importance de la planification des animaux pour les filières qualité. - P.Olivieri

Face à un marché du maigre italien en repli, le groupement de l’Union Altitude choisit d’axer son développement sur les filières qualité et d’engraissement.

C'est moins de bilan que de perspectives dont il a été question jeudi à l’occasion des  assemblées générales des coopératives du  groupe Altitude. Des perspectives davantage en forme d’adaptation à un environnement mouvant et moins porteur pour les éleveurs bovins viande que pour leurs collègues laitiers. Xavier Bel, secrétaire général du groupe et responsable des filières animales, n’a ainsi pas manqué de pointer l’érosion continue des exportations de maigre vers le partenaire historique transalpin, une filière d’engraissement italienne “en plein changement”. Un repli que les marchés du pourtour méditerranéen - Algérie, et ces dernières semaines Turquie - ne pourront selon lui compenser. “Ces marchés ne sont pas structurés, ce sont plutôt des coups d’accélérateur, voire des perturbateurs que de véritables relais durables”, a-t-il affirmé prenant à rebrousse-poil les espoirs de l’interprofession et les analyses de l’Institut de l’élevage. Ce marché du broutard est de surcroît rendu plus tendu par la concurrence. “Nous sommes dans une position de résistance même si nous disposons d’un savoir-faire indéniable et d’une structure Deltagro qui fonctionne bien”, a fait valoir le responsable des Éleveurs du pays vert.  EPV qui accuse sur la campagne 2013/2014 une légère baisse d’activité avec 75 000 têtes collectées (42 000 bovins en Auvergne, 33 000 en Limousin). 

“Se concentrer sur ce qui marche” 

De ce fait, le groupement mise davantage sur “ce qui marche”, à savoir ses filières démarquées, de finition, avec également le développement du veau fermier, une collecte accrue de veaux naissants et de reproducteurs. Plus spécifiquement sur la zone auvergnate, EPV affiche son ambition sur le marché des bovins de boucherie avec l’objectif de 1 250 têtes supplémentaires à l’année, soit + 10 % à destination de sa structure Covial et de ses clients.  “On   est   à   + 9 % sur février”, se félicite Xavier Bel. Autre axe stratégique, l’engraissement, qu’il s’agisse de jeunes génisses ou de salers primeurs. Des TJB pour lesquels le groupement a doublé ses volumes en 2014. Pour conforter ces filières, la coopérative  veut  mettre  l’accent  sur la planification et, parallèlement, sur la saisonnalité des sorties.

Levier financier 

Elle a par ailleurs appelé de ses vœux la mise en place d’un plan de financement ambitieux de l’engraissement, sur lequel travaille la Région Auvergne, mais dont elle espère qu’il sera accompagné par le Crédit agricole Centre France, comme l’a fait la caisse de Haute-Vienne. “Le financement reste un levier important”, a souligné le secrétaire général d’Altitude. Sur la zone Limousin, le groupement peut se prévaloir d’un bon essor de sa filière veaux sous la mère et a affiché son intention de briguer la place de leader du marché en  passant à 120 veaux par semaine en 2015 (contre 100 actuellement). Il vise ici aussi le développement de l’engraissement grâce à un partenariat avec le Crédit agricole et la Chambre d’agriculture pour des aides à la mise en place de jeunes bovins et une ligne spécifique pour les génisses lourdes (+ 400 kg). Plus discrète, l’activité en ovins d’EPV représente néanmoins 60 000 brebis (dont 24 000 pour Altitude) dans le cadre de l’alliance Ecoovie créée avec Coralie et Bellac ovin. Un cheptel qui pourrait grossir : “La production présente aujourd’hui de multiples atouts pour l’installation de jeunes avec peu de capital à investir, une rentabilité issue des aides Pac et du prix des animaux..., ont relevé ses responsables. À nous de savoir recruter des jeunes et de leur proposer des projets intéressants.”

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires