États généraux de l’alimentation : les premières réunions satisfont la FNSEA

Lise Monteillet

États généraux de l’alimentation : les premières réunions satisfont la FNSEA
Christiane Lambert attend des "décisions très concrètes" à l'issue des états généraux de l'alimentation.

La rentrée s’annonce chargée pour la FNSEA, mobilisée sur les états généraux de l’alimentation mais aussi inquiète après les dernières déclarations de Nicolas Hulot concernant le glyphosate.

« Nous sommes satisfaits des premières réunions qui se sont tenues », estime Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, à propos des états généraux de l’alimentation. Elle ajoute : « nous attendons des décisions très concrètes à l’issue du premier chantier ». Le premier volet, dont les ateliers viennent de commencer, est consacré à la création et à la répartition de la valeur entre producteurs, transformateurs et distributeurs. L’objectif : améliorer le prix payé aux agriculteurs.  

Pour cela, la FNSEA espère des avancées législatives concernant l’encadrement des promotions et le seuil de revente à perte. Le but est d’en finir avec un cycle de « forte destruction de valeur » préjudiciable pour toutes les filières.

« La loi ne règlera pas tout », nuance Christiane Lambert. Ces derniers temps, la FNSEA a ainsi multiplié les rencontres auprès des industriels et des grandes surfaces pour trouver des points d’accord. « Quand on dit qu’il faut passer d’adversaire à partenaire, c’est une conviction », insiste-t-elle. Henri Brichart, vice-président de la FNSEA, espère cependant ne pas tomber dans « le piège » qui consisterait à renvoyer toute « la responsabilité à la filière ». « La Loi de modernisation de l’économie (LME), on voit les dégâts qu’elle a causés », insiste-t-il. De même, il fustige les contraintes réglementaires imposées aux agriculteurs, qui les empêchent « de répondre aux différents marchés » qui se proposent à eux.

Attentes sociétales : la FNSEA « offensive »

Afin d’associer la population à ces états généraux, la FNSEA prévoit un grand rassemblement de producteurs sur Paris, début octobre. Christiane Lambert précise que son syndicat sera très actif sur le deuxième volet des états généraux, consacré aux liens entre l’agriculture, l’environnement et la société. Elle annonce notamment des « propositions offensives pour l’accès à l’alimentation ».

La présidente juge « normal que le ministre de la Transition écologique et solidaire ait un regard » sur les affaires agricoles. Néanmoins, la prise de position de Nicolas Hulot sur le sujet du glyphosate ne passe pas. Christiane Lambert regrette qu’il n’y ait pas eu de « concertation plus étroite » avec la profession agricole « avant expression » de Nicolas Hulot.

Plutôt qu’une interdiction brutale du glyphosate, elle plaide pour une « sortie en douceur ». « La raison doit l’emporter sur un certain emballement », déclare-t-elle. Les 5 et 6 octobre, l’avenir du glyphosate sera débattu au sein d’un comité européen entre États membres. Un rendez-vous crucial au cours duquel la France devra donner sa position. « Deux tiers des agriculteurs ont recours au glyphosate », précise Eric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA. Pour celui-ci, il est important de « trouver des alternatives, des solutions d’avenir » avant d’interdire cette substance active. Sans quoi une telle décision aura pour conséquence d’accroître l’usage de la charrue, au détriment de la conservation des sols.

La présidente de la FNSEA salue néanmoins le travail de concertation entre les ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique concernant la question de l’irrigation et de la gestion de l’eau. « Je souhaite que nous restions dans des échanges constructifs », appelle-t-elle de ses vœux. 

Sur le même sujet

Commentaires 4

CRASH38

APCA et les CA? on paye des fauteuils à ceux qui nous grugent ! La FNSEA continue ! Merci encore pour les portes ouvertes aux oléagineux indonésiens et américains du sud ! L'effondrement des cours du colza et du tournesol est sur la bonne voie avec la ruine des agriculteurs français. Il faudrait suivre le financement de ce syndicat comme des autres à partir des cotisations forcées aux chambres d'agricultures

DIGUE3942

ce n'est pas la première ni la dernière fois que la FNSEA est satisfaite....plus de cotta laitier ni de sucre...

encore agri?

fnsea des rapaces et leches bottes...

duracuire

la FNSEA satisfaite ....ah ah ah tu m'étonnes .....un syndicat a la botte de la politique ..un rien les satisfait.....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier