Etats généraux : des absents remarqués

Anne Sophie LESAGE

Etats généraux : des absents remarqués

Contrairement à ce qui était annoncé au programme, plusieurs personnalités politiques importantes ne sont pas venus pour le lancement des Etats généraux de l’alimentation ce jeudi à Bercy.

Le premier, et non des moindres, à avoir annoncé son absence n’est autre qu’Emmanuel Macron. Le Président de la République devait prononcer le très attendu discours de clôture des Etats généraux. L'Elysée a fait valoir des raisons « logistiques et d'organisation », le président étant retenu sur une base militaire des Bouches-du-Rhône, à Istres, au lendemain de la démission fracassante du chef d'Etat-major des armées, le général Pierre de Villiers. Il prendra la parole dans le cadre de ces Etats généraux au mois d'octobre, lors de la clôture du thème sur la création et la répartition de la valeur.

Au cours de la matinée, d'autres ministres annoncés, ont également changé de programme : Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la Santé a été remplacée par le directeur général de la Santé Benoit Vallet, en raison d’un déplacement à Tallinn (Estonie) pour une réunion informelle des ministres européens de la santé. 

Enfin, Bruno Le Maire ministre de l’Economie et des finances cédera la place à son secrétaire d'Etat, Benjamin Griveaux, alors qu'il était présent en début de matinée pour accueillir ses invités du jour à Bercy. Sa participation est toujours d’actualité d’après son agenda…

 

Baisse d’engagement ?

Heureusement, le Premier Ministre Edouard Philippe, Stéphane Travert ministre de l'Agriculture sont bien au rendez-vous. Autre présent annoncé, Nicolas Hulot ministre de la Transition écologique et solidaire qui devrait intervenir en deuxième partie de journée sur « quelle promotion d’une agriculture durable pour faciliter la transition écologique. » Stéphane Travert et Nicolas Hulot sont aussi les plus concernés par les Etats généraux de l’Alimentation, même si leurs positions peuvent paraître opposées. Ensemble ils veulent véhiculer une « intelligence collective » avec un objectif commun à l'issue de ces Etats généraux « de prendre des décisions politiques tranchées et assumées.»

Ces absences ont cristallisé une partie des débats avec la salle. Les quelques 500 parties prenantes de la chaine alimentaire craignent une baisse de dynamique et d’engagement du Gouvernement.

Pour consulter le dossier complet sur les Etats généraux cliquez ici.

Sur le même sujet

Commentaires 6

COMPTE388

Soyons actifs plutôt que pleurnicher moi je suis passé enbio pour ne plus faire vivre les rapaces qui nous font produire toujours plus pour alimenter la surproduction et ainsi des prix toujours bas

DIGUE3942

toujours rien de neuf sous le soleil quand il s'agit de défendre ceux qui produisent la nourrituture pour le genre humain, il n'y a plus personne; cette nourriture pourrait peut-être couter plus chère après.....les élus d'aujourd'hui ont déjà perdu le nord. ils sont à la botte de ceux qui nous exploitent.....BONNE JOURNEE..???????

duracuire

ne soyons pas inquiet chers amis paysans , rien ne va changer ...les politicards sont champion du monde en brassage d'air ,du vent que du vent et nous ne sommes pas prét de voir un brin de lumiére jaillir de leur éolienne ......c'est le fric qui gouverne alors " r .a .f " si chaque jour l'un d'entre nous meurt

1584

Monsieur le Président montre là toute la considération qu'il porte aux agriculteurs. La profession saura se passer de lui de la même façon

Bruno 02

De la parlotte en juillet, un rapport en décembre, puis des rendez-vous de travail je présume à la mi-2018 pour proposer des textes en 2019 qui seront discutés en 2020 et amendés en 2021 et parution en 2022 pour une application en 2023....qui restera sur le carreau suite aux prochaines élections.
Alors on refera des nouveaux états généraux en juillet 2024...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires