Europe : Les syndicats agricoles désunis sur le front du lait

SC avec AFP

Les représentants des agriculteurs européens ont ouvertement affiché, mardi, leurs divergences sur la manière de faire face à la chute des prix du lait, lors d'une audition devant la commission de l'agriculture du Parlement européen.

D'un côté, la Confédération syndicale européenne de l'agriculture (Copa-Cogeca) , représentée en France par le premier syndicat agricole, la FNSEA. Pour ce syndicat, «une baisse de la production n'apporterait pas de soulagement à court terme», a assuré son secrétaire général Pekka Pesonen, devant les eurodéputés, rappelant que les quotas actuels ne sont même pas atteints dans certains pays.

L'organisation demande une plus grande utilisation des outils existants de soutien aux prix, une promotion de la consommation de lait et davantage de transparence dans la distribution, pour mieux rémunérer les producteurs.

De l'autre, une organisation qui a émergé avec la crise du lait, l'European Milk Board (EMB), fédération des producteurs européens de lait dont le siège est en Allemagne. En France, l'EMB est soutenue par des mouvements plus radicaux comme l'Organisation des producteurs de lait et l'Association des producteurs de lait indépendants (APLI).

L'EMB réclame, par la voix de son président, l'Allemand Romuald Schaber, que Bruxelles abaisse de 5% les plafonds autorisés de production dans l'Union européenne, seule façon selon eux d'endiguer la baisse des prix : « le fait est que la demande mondiale recule, explique le président de l'EMB. C'est la raison pour laquelle il est justifié de retirer provisoirement des quotas du marché. »

Cette division n'aide pas la profession à avoir un front uni face aux pouvoirs publics et brouille son message dans l'opinion. Ces divergences suscitent également des tensions entre les deux camps lors de manifestations. Ils auraient failli en venir aux mains lors d'un rassemblement en juin à Luxembourg.

Quant à la Commission européenne, qui prône une libéralisation du secteur, elle refuse toute idée de baisse ou de gel des quotas, et compte le réaffirmer lors de la publication d'un rapport sur le sujet mercredi, jour où l'EMB prévoit une nouvelle manifestation à Bruxelles.

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier