Eva Joly plaide pour une "agriculture paysanne" de proximité

Eva Joly plaide pour une "agriculture paysanne" de proximité
Eva Joly prône "circuits courts et élevage à l'herbe" (photo S. Accart)

Eva Joly, candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, a plaidé jeudi pour une "agriculture paysanne" de proximité, dénonçant le modèle intensif et productiviste, lors d'une visite de plus de quatre heures au Salon de l'agriculture.

Accueillie par une forêt de caméras et photographes à son arrivée à 15h à la Porte de Versailles à Paris, l'eurodéputée, accompagnée de José Bové comme l'an passé pour sa première visite, a souligné que "les premiers des écologistes sont les paysans". "Les idées écologistes font leur chemin", a-t-elle assuré sur le stand des Brasseurs de France, saluant la "demande des éleveurs de faire de l'élevage de qualité, beaucoup plus écologique".

"En Bretagne, on abandonne de plus en plus le modèle intensif et on retourne vers l'agriculture paysanne", a-t-elle dit, dénonçant les "absurdités environnementales comme la pollution des eaux ou les algues vertes" et déplorant le fort taux de suicide chez les agriculteurs.

A son côté, l'eurodéputé José Bové, avec un badge "J'aime le roquefort" collé à sa veste, a renchéri  : les gens "commencent à prendre conscience que le modèle productiviste amène à des impasses". "40% de la production agricole en Europe s'en va à la décharge!", a déploré l'ex-paysan leader des altermondialistes.

Pour Mme Joly qui prône "circuits courts et élevage à l'herbe", "c'est sous Nicolas Sarkozy qu'on a perdu un tiers des paysans" et "les défenseurs du marché français, c'est nous, les écologistes".  Elle a également proposé "un nouveau pacte entre les agriculteurs et la société" pour "plus de transparence, en affichant sur les produits dans les supermarchés les prix payés au producteur et le prix payé au distributeur".

L'ex-magistrate a globalement trouvé l'accueil au Salon "excellent et chaleureux" malgré quelques très courts sifflets au niveau des moutons et agneaux.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier