Évolution du règlement bio : les trois points qui bloquent

LM

Évolution du règlement bio : les trois points qui bloquent

Six organisations françaises engagées dans l’agriculture biologique, dont l’Assemblée permanente des chambres d’agricultures (APCA), font part de leurs inquiétudes concernant la révision européenne du règlement bio.

Après plus de trois ans de travaux, les Etats membres vont se prononcer sur la suite à donner à ce processus, le 12 juin. Pour les organisations promouvant l’agriculture biologique en France, trois évolutions sont inacceptables :

- L’autorisation de la culture en bacs dans les pays scandinaves et les pays baltes, qui « conduirait au développement d’une production biologique hors-sol, en contradiction manifeste avec le lien au sol et la rotation des cultures, deux fondements de la bio », estime le collectif.

- une dérogation au contrôle sur site, au moins une fois par an, chez tous les opérateurs certifiés : « en introduisant la possibilité pour certains opérateurs de n’être contrôlés que tous les 24 mois, le projet de règlement se situe en recul par rapport au cadre actuel », alerte les organisations.

- l’adoption de mesures de déclassement nationales : « demain, la production biologique ne serait plus fondée sur le principe d’une obligation de moyens, rigoureusement contrôlée à tous les stades de la production, mais risque de se trouver réduite à de simples résultats d’analyses. Par ailleurs, ce texte va introduire des distorsions de concurrence, chaque Etat membre étant libre de définir ses règles de déclassement indépendamment de ses voisins ».

Pour en savoir plus, découvrez la vidéo : 

Avis d'expert: un projet de nouveau règlement qui inquiète

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier