Exception agricole : La France veut ouvrir l'agriculture à d'autres enceintes que l'OMC

FB

La France s'est saisie mercredi de l'échec des négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour défendre une forme d'exception agricole, en suggérant d'ouvrir à d'autres enceintes les discussions sur l'agriculture. Pour Michel Barnier, ministre de l'agriculture, ce pourrait être l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds monétaire international (FMI) ou la Banque mondiale. Dans le même temps, la secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, considère que des négociations entre 153 pays « sur tous les sujets commerciaux », c'est « devenu inatteignable ».

L'échec des négociations à l'OMC ouvrirait ainsi des voies… qui restent à définir… ou plutôt qui ont déjà été données dans le passé mais qu'on a oubliées, telle l'organisation des marchés mondiaux des matières premières agricole, le renforcement des organisations régionales et l'appui aux pays les plus pauvres en contrepartie d'actions de développement réalisées localement. Car aujourd'hui, plus que d'exception agricole, c'est d'exception alimentaire qu'il s'agit.

Publié par FB

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier