Export de vin : Un vent d'optimisme pour 2011

Marion Ivaldi

Le Wine Trade Monitor, un baromètre annuel réalisé sur 14 marchés internationaux par la Sopexa annonce un regain d'optimisme des marchés pour 2011.

Lancé en 2009, le Wine Trade Monitor est une enquête online à laquelle ont participé 1550 opérateurs cette année. “ Son but est de prendre le pouls du marché à travers les opérateurs ”, indique François Collache, directeur de zone Europe Continentale chez la Sopexa. Et bonne nouvelle : le pouls des marchés bat fort puisque 72 % des opérateurs prévoient une hausse des ventes pour 2011, avec évidemment quelques nuances. “ L'optimiste est le plus fort en Chine, Hong Kong, Russie et aux Etats-Unis ”, note ainsi François Collache. L'enquête a pu vérifier que cet optimisme bénéficie aux vins français même si l'enthousiasme est plus modéré.

Bio et rosé : les cartes à jouer

Elle explore les tendances en matière de segmentation de marchés. Elle confirme que la demande est équivalente en matière de vins de cépage et vins d'origine. Signe positif, la demande en vins haut de gamme s'accroît. “ L'optimisme des opérateurs semble se traduire par une hausse de la demande en vins premium sur la plupart des marchés, notamment asiatiques ”, relève la Sopexa. Les répondants confirment également une demande marquée en faveur des vins bio et des vins rosés. L'Asie, et notamment le Japon, serait particulièrement intéressée par les vins bio. Les rosés ont la cote aux Etats-Unis, en Allemagne et en Chine. Enfin, le pays d'origine est le premier critère de segmentation du linéaire.
Autre point sondé par le Wine Trade Monitor : l'image globale de la France. L'Hexagone caracole en tête de tous les pays producteurs avec une note globale de 8,6 sur 10, devant l'Italie qui talonne les vins gaulois avec une note de 8,4. L'Australie prend la troisième place avec une note de 8,1. Cette première place est à nuancer cependant, selon que l'opérateur est issu d'un nouveau pays consommateur où la France bénéficie d'une image très positive ou que l'opérateur est issu d'un marché mature : les vins hexagonaux occupent alors la troisième ou la quatrième place.

Peu d'info sur la nouvelle réglementation

La Sopexa a souhaité évaluer le degré d'information des opérateurs sur la nouvelle réglementation européenne qui crée les vins à IGP et les vins sans indication géographique. Globalement, 67,5 % des opérateurs indiquent savoir que la classification des vins a évolué depuis janvier dernier. Mais ils estiment que leur niveau d'information est faible puisque la moitié estiment être mal informés.

Source Réussir Vigne Juillet-Août 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier