Exportations : Ukraine et la Russie : le grand retour sur le marché des céréales

D'après Agritel, la Russie s'apprête à faire son retour sur le marché mondial des céréales et l'Ukraine à augmenter fortement ses volumes exportés. Le tandem Russie-Ukraine devrait donc combler la baisse de production attendue en Europe.

Le potentiel de production des deux pays s'annonce relativement bon, estime Agritel suite à un sondage effectué auprès d'un large panel d'opérateurs russes et ukrainiens.

En Ukraine, les conditions climatiques sont restées favorables sur l'ensemble des zones de production ukrainiennes. Hormis pour 20% des colzas victimes de «winter-killing», l'état des cultures à la sortie de l'hiver était tout à fait satisfaisant.

Suite à la fin du système des quotas à l'export décidé en mai 2011, un retour important de l'Ukraine sur le marché de l'export est donc prévu. Pour la prochaine campagne 2011/2012, Agritel estime qu' «un volume à l'export, toutes cultures confondues, de l'ordre de 20 millions de tonnes est réaliste dont 11 millions de tonnes de céréales à paille et 7,3 Mt pour le maïs.»

A partir du 1er juillet 2011, des taxes douanières sur l'exportation de céréales ukrainiens seront mises en place. Cette mesure, pour l'instant prévue jusqu'au 1er janvier 2012, introduit une taxe de 9% du prix de vente pour le blé (minimum 17€/t), 14% pour l'orge et 12% pour le maïs.


Russie + Ukraine : 18 millions de tonnes de blé exportable

La Russie a également bénéficié de conditions hivernales favorables et le potentiel de production s'annonce bon. La levée des interdictions à l'export à partir du 1er juillet 2011 annonce donc le grand retour de la Russie sur la scène internationale.

Agritel estime que ce pays sera capable d'exporter 11 millions de tonnes de blé soit quasiment 3 fois plus que sur l'année écoulée. En effet, les volumes récoltés devraient atteindre 25% de plus que l'année dernière. En orge, le volume disponible à l'export n'excédera pas les 500 000 tonnes.

A l'heure actuelle, aucun système de régulation du marché n'a été retenu par le gouvernement mais la Russie pourrait s'orienter vers un système de taxes douanières. A la veille des élections présidentielles de 2012, le duo Medvedev-Poutine pourrait en effet intervenir afin de contrôler toute inflation forte sur les denrées alimentaires de base.

Globalement, en blé, le volume cumulé (Ukraine + Russie) destiné à l'export atteindrait les 18 millions de tonnes dont 60% fourni par la Russie. Ce blé, d'une qualité proche des blés européens, devrait « combler sans mal la baisse de production attendue en Europe» explique Agritel, et sera donc exporté vers ses marchés habituels que sont l'Afrique du nord et le Moyen-Orient.



Estimation comparée du potentiel à l'export de la Russie, 2011 vs 2010 (en Mt). Source Agritel

Estimation comparée du potentiel à l'export de la Russie, 2011 vs 2010 (en Mt). Source Agritel

 

Source d'après Agritel

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires