Extension des mesures d’indemnisation des éleveurs touchés par la sécheresse

Extension des mesures d’indemnisation  des éleveurs touchés par la sécheresse

Suite aux résultats d'une mission d'expertise, le ministre de l'Agriculture a décidé d'étendre les zones reconnues pour les dégâts de sécheresse dans certains départements mais aussi d'augmenter le taux de perte dans certaines zones.

"Conformément aux engagements pris par le Ministre après le Comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA) de décembre 2015, une mission d’expertise s’est rendue sur le terrain afin d’apprécier les raisons des écarts entre les évaluations nationale et locale des dégâts de la sécheresse de l’été dernier" annonce le ministère dans un communiqué. Elle s’est déplacée en Auvergne-Rhône-Alpes le 10 février, puis en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes le 15 février et a rendu ses conclusions au Ministre.

La mission confirme la nécessité de revoir certaines évaluations, en raison de spécificités locales ou de données complémentaires qui n’avaient pas été prises en compte à ce stade. Elle préconise ainsi une révision des zones reconnues et/ou des taux de perte pour certains départements, en particulier dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon.

Stéphane LE FOLL a décidé de mettre en œuvre ces recommandations et ses services formuleront dans les prochains jours une nouvelle proposition de reconnaissance, sur la base du rapport et des données complémentaires disponibles, qui sera examinée et validée lors du CNGRA du 16 mars.

L’ensemble des reconnaissances représenteront une aide globale de près de 180 millions d’euros pour indemniser les éleveurs touchés par la sécheresse en 2015.

Capture

Ces évolutions de zonage et/ou de taux de perte seront examinées et validées lors du CNGRA du 16 mars 2016, ainsi que les nouveaux dossiers ou les dossiers révisés (en cours d’expertise), notamment  des départements de l’Aube, l’Aude, l’Isère,...

 

Source Ministère

Sur le même sujet

Commentaires 1

Bazillou

on est en février 2016 et le ministère n'a pas encore traité la sécheresse de l'été dernier.
ca veut peut être dire que les services traitent les problèmes dans l'ordre. sujet suivant: la crise de l'élevage ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires